Vendredi 17 janvier 2020, 10h-12h

Université Toulouse – Jean Jaurès, Maison de la recherche, amphi F417 (nouveau bâtiment)

Ecologisation des relations entre agriculture et alimentation : Débats et controverses sur la place des produits animaux et végétaux dans les systèmes agri-alimentaires

  • Invité : Antoine Doré, sociologue, chargé de recherche Inra, Agir (UMR 1248)

    Antoine Doré est chargé de recherche en sociologie à l’Inra. Ses travaux portent sur les modalités de gouvernement et de gestion du vivant dans les champs de l’agriculture et de l’environnement. Il s’attache notamment à analyser les modalités de construction des métriques et des standards (biologiques, techniques, informationnels) par lesquels les acteurs coordonnent leurs connaissances et leurs actions relatives à la maîtrise (productive et non productive) des vivants non-humains – en particulier des animaux. Ces recherches récentes portent sur la manière dont les sciences de l’alimentation participent de la transformation des relations élevages-sociétés.

    Doré, A., Michalon, J. (2017). What makes human-animal relations « organizational’? The de-scription of anthrozootechnical agencements. Organization, 24 (6), 761-780

Résumé :

L’alimentation est plus que jamais appréhendée comme un domaine privilégié de résolution ou d’atténuation des grandes crises écologiques, morales et sanitaires contemporaines. Dérèglements climatiques liés aux émissions de gaz carbonique, essor des mobilisations pro-animales, zoonoses amplifiées par l’élevage industriel, invasions biologiques induites par la mondialisation des échanges commerciaux, etc. : une destinée commune entre les mangeurs et une multiplicité d’entités humaines, animales, végétales et techniques (re)surgit.
Le gouvernement des conduites alimentaires devient alors un enjeu majeur pour une grande diversité d’acteurs. Les formes d’expertises sur la définition du « bien manger » se multiplient et se transforment. Cette diversité d’expertises donne lieu à de vives controverses sur la définition du contenu de nos assiettes. De telles controverses se cristallisent notamment aujourd’hui autour des enjeux sur la place des produits animaux dans l’alimentation et, plus largement, dans les systèmes agri-alimentaires.

S’appuyant sur les enseignements de la sociologie des sciences et des techniques, l’objectif de cette conférence est de cartographier et de caractériser la multiplicité des modalités de production et de circulation des connaissances relatives au « rééquilibrage produits animaux/produits végétaux » dans l’alimentation. 

Deux thèmes principaux seront abordés: a) l’analyse des paradigmes (environmental nutrition ; nutrition sensitive agriculture ; etc.) et des grands scénarios (Eat-Lancet ; TYFA ; etc.) qui font de l’alimentation un point de départ pour répondre aux crises écologiques, morales et sanitaires contemporaines ; (b) l’analyse sociologique de la place des experts dans la construction des recommandations alimentaires relatives à la « végétarisation de l’alimentation » en France. Il sera question ici d’analyser la place des sciences dans le gouvernement des conduites alimentaires, leurs origines disciplinaires, leurs portées prescriptives et la manière dont elles participent à constituer l’alimentation en point de passage obligé de la prise en charge de grands enjeux écologiques, sanitaires et moraux.


Lundi 27 janvier 2020, 13h30-16h

Centre Universitaire de l’Ariège Robert Naudi, Amphi Jean Froidure – Foix (09)

L’internationalisation de la Science: les effets des recompositions disciplinaires au sein des Tourism Studies

  • Invité : Bertrand Réau, sociologue, professeur au Cnam, Lise (UMR 3320)

    Bertrand Réau est Professeur du Cnam Chaire Tourisme voyage et loisirs, Directeur de l’Équipe pédagogique nationale Territoires, Délégué à la présidence de l’Association Tourisme, Recherche et Enseignement Supérieur (AsTRES), Chercheur au Laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique (UMR 3320 -CNRS)

Résumé :

Les Tourism studies représentent aussi un objet pertinent pour une sociologie des sciences s’intéressant aux recompositions disciplinaires et aux rapports de force entre disciplines au sein de certains domaines d’étude ou Studies
Les Studies participent à la recomposition des frontières entre les sciences sociales. Leurs origines varient et elles ont connu plus ou moins de succès en termes d’institutionnalisation, de diffusion et de « résultats » scientifiques. Elles sont souvent le produit d’une labellisation a posteriori d’un ensemble de travaux issus de différentes disciplines. Elles ambitionnent en général de « dépasser » les frontières disciplinaires en cherchant à « cumuler », à « combiner » les apports des différentes sciences sociales. Les configurations varient dans le temps et dans les types de Studies

L’anthropologie, la géographie et l’économie s’intéressent en premier au tourisme. Comment ces différentes disciplines ont-elles évolué pour s’intégrer avec d’autres dans des Studies à un moment où le secteur économique du tourisme est en pleine expansion ? En ce sens, les Tourism studies représentent un cas d’étude intéressant pour comprendre les transformations scientifiques en parallèle du développement d’un secteur d’activité.  Ce segment s’institutionnalise progressivement autour des recompositions universitaires induites notamment par l’accroissement de la professionnalisation des filières universitaires.


Contact scientifique : Jacinthe BESSIÈRE, MCF Sociologie, UT2J (Isthia), Certop – bessiere@univ-tlse2.fr


mise à jour 4 novembre 2019 – Photos : ©Antoine Doré, Aislf – ©Betrand Réau DR Cnam

Imprimer