A. Rochedy, J.P. Raynaud, T. Maffre, J.-P. Poulain, « (Dé)formations du processus de néophobie. Une approche sociologique des particularités alimentaires des enfants avec un trouble du spectre autistique », Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, vol. 68 (7), novembre 2020, pp. 347-355, doi : 10.1016/j.neurenf.2020.06.001

Résumé :
Nombreux sont les chercheurs, les professionnels et les parents à mettre en avant le fait que les enfants avec un Trouble du Spectre Autistique (TSA) présentent des « troubles de l’alimentation ». Cette recherche se propose de dépasser l’approche en termes de « sélectivité » ou de « problèmes » alimentaires. Elle s’intéresse, à travers le processus de néophobie, aux aléas de la construction de leur répertoire alimentaire, de la naissance à l’adolescence. La démarche combine une approche qualitative et quantitative. La première prend la forme d’entretiens avec des parents d’enfants avec TSA âgés de 4 à 13 ans (n=21) et la seconde d’un questionnaire auprès de parents d’adolescents avec TSA âgés de 12 à 16 ans (n=322). Si pour les parents, les difficultés dans l’alimentation ne sont pas un signe d’alerte de l’autisme, elles sont très tôt très tôt identifiées et prennent rétrospectivement, sens avec le diagnostic. Les refus alimentaires entre 3 et 7 ans sont considérés comme les comportements les plus problématiques. Les données mettent en évidence une forte variation interindividuelle au sein des enfants avec TSA. Une typologie a été construite en fonction des (dé)formations du processus néophobique. La population étudiée se répartit en six catégories : supratypique (20,8 %), normotypique (16,1 %), infratypique (18,6 %), progressive (17,7 %), tardive (9,0 %) et néophile (17,7 %). La discussion s’ouvre sur l’analyse des particularités alimentaires en population autistique à partir des travaux conduits sur la néophobie en population générale. Il ressort ainsi que des phénomènes souvent identifiés comme spécifiques à la population autistique peuvent révéler de variations du processus néophobique. Il apparaît alors judicieux de parler de néophobies alimentaires au pluriel.

Mots clés : Autisme, TSA, Néophobie, Particularités alimentaires, Socialisation

Imprimer