« Impression que le virus atteint surtout les autres, tendance à nier le risque, ou encore imprécision des messages de santé publique explique la tardive réaction des Français·e·s. »


Stéphanie Mulot est sociologue, anthropologue, professeure à l’Université Toulouse Jean-Jaurès et membre du Certop. Ses travaux se rapportent notamment à l’anthropologie et à sociologie de la santé, de la maladie et du corps.
En savoir plus


Libération, 18 mars 2020
Lire l’article en ligne : https://www.liberation.fr


Les autres interventions des chercheur.e.s du Certop dans le cadre de la crise sanitaire Covid-19

Imprimer