Coordonnées/Contact Information

 

Bureau/Office : C 358 , Etage/Floor : 3ème
Courriel : remi.maitre@univ-tlse2.fr

THESE

Thèse /Ph.D.Thesis depuis 2017

L’initiative de Nouvelle Économie Sociale d’Enercoop dans le secteur électrique : Utopies et réalités de coopératives militantes pour les énergies renouvelables

Enercoop’s New Social Economy initiative in the electricity sector: Utopias and realities of activist cooperatives for renewable energy

La thèse en quelques mots :

Face à la quasi-inertie des États et des entreprises capitalistes classiques qui bloquent la sortie des énergies non renouvelables (fossiles et fissiles), des collectifs issus des sociétés civiles promeuvent des pratiques économiques pour lutter contre les problématiques écologico-climatiques. Dans une approche socioéconomique, ce travail explore un de ces collectifs : il s’agit du fournisseur coopératif d’électricité renouvelable Enercoop, un réseau hexagonal de Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif visant deux objectifs a priori contradictoires : fournir de l’électricité en circuit court et inciter à baisser la consommation d’énergie. S’inscrivant dans le cadre analytique de la Nouvelle Économie Sociale fondée dans la tension active entre le projet politique (instituant) et la gestion économique (institué), la thèse explore Enercoop pour analyser cette tension active. Elle étudie comment Enercoop résiste à l’altération provenant des logiques étatiques ou des visées lucratives.

Mots clés : Coopératives d’énergie renouvelable, Nouvelle Économie Sociale, Systèmes délibératifs (holacratie), Intelligence collective, Pratiques socioénergétiques, Savoir d’achat

The thesis in a few words :

 

Faced with the quasi-inertia of States and classical capitalist companies that block the exit of non-renewable energies (fossil and fissile), collectives from civil societies promote economic practices to fight against ecological and climatic problems. In a socio-economic approach, this work explores one of these collectives: the cooperative supplier of renewable electricity Enercoop, a French network of Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif aiming at two a priori contradictory objectives: to supply electricity in a short circuit and to encourage lower energy consumption. The thesis explores Enercoop within the analytical framework of the New Social Economy, which is based on the active tension between the political project (instituting) and the economic management (instituted). It studies how Enercoop resists the alteration coming from state logics or profit-making aims.

 

Key words : Renewable energy cooperatives, New Social Economy, Collective intelligence, socioenergetic practices, knowledge of purchase

 

Résumé :

Le constat répété de crises écologique et climatique se heurte à la quasi-inertie des États et des opérateurs à visée lucrative qui empêchent de sortir des énergies non-renouvelables (fossiles et fissiles). Face à ce verrouillage, des collectifs issus des sociétés civiles promeuvent des pratiques économiques visant la sortie des énergies non renouvelables. C’est l’étude d’un de ces collectifs que réalise cette thèse. Elle se consacre au fournisseur coopératif d’électricité renouvelable Enercoop, un réseau de Sociétés coopératives d’intérêt collectif (SCIC) né en 2004 suite à la libéralisation du secteur électrique français. Ce réseau de SCIC ambitionne de fournir de l’électricité renouvelable en circuit court et de contribuer à baisser la consommation énergétique. Conçue ici comme une initiative de Nouvelle Économie Sociale (NES), son cadre analytique, structuré par la tension active entre projet politique (instituant) et logique économique (institué), est décrit et mobilisé au cours de ce travail.

Dans une double approche sociologique et économique, la thèse vise à comprendre pourquoi cette initiative a vu le jour et comment elle se développe. Elle étudie la façon dont Enercoop répond à son double objectif a priori contradictoire de vendre de l’électricité et d’inciter à Maitriser la Demande d’Energie (MDE). Elle analyse les forces de rappel (affect d’écologie coopératif, polarisation nationale/locale, systèmes délibératifs) qu’Enercoop déploie pour maintenir son projet de démocratie énergétique (instituant), tout en gardant une gestion économique stable (institué). Ces forces de rappel réduisent le risque d’isomorphisme face à l’État ou aux opérateurs à visée lucrative et lui permettent de maintenir son objectif de transformation sociale.

L’analyse industrielle propose un état des lieux du contexte énergétique international et français, et se concentre sur les caractéristiques du secteur électrique. Elle décrit le modèle Enercoop et rappelle les évolutions institutionnelles (libéralisation) qui ont permis sa naissance. Face à cette tendance, Enercoop cherche à réduire la logique spéculative et à améliorer le suivi des électrons en contractualisant directement avec des producteurs et en leur achetant conjointement électricité et Garanties d’Origine. L’approche sociologique repose sur soixante entretiens semi-directifs, quarante sessions d’observation participante en Midi-Pyrénées et à Paris et deux enquêtes par questionnaire.

La sociologie d’Enercoop retrace l’émergence de l’initiative, explore les systèmes délibératifs (holacratie) mobilisés par certains collectifs du Réseau. Ces systèmes impliquent des prises de décision expérimentales propices à l’intelligence collective, contrebalancées par des logiques de contrôle entre pairs. L’approche sociologique permet de caractériser l’affect d’écologie coopératif des membres d’Enercoop, d’identifier leurs profils (caractéristiques, motivations, processus d’adhésion, type d’engagement) et d’analyser la montée en puissance de la conscience écologique. À partir des entretiens, la thèse propose un modèle idéal-typique de deux trajectoires biographiques (linéaire, conversion à deux variantes, l’une « douce » et l’autre « secouée »). Elle explore également les pratiques socioénergétiques des membres orientées vers la sobriété (raisonnement par bilan-carbone, prosommateur, aconsommation, etc.). Elle propose enfin de conceptualiser le savoir d’achat, un raisonnement basé sur une analyse multicritère qui oriente les pratiques de consommation des membres.

Ce travail révèle le combat politique permanent d’une structure engagée sur le terrain économique, fut-elle le plus grand réseau français de SCIC. Il s’agit bien d’une « utopie réaliste ». « Réaliste » car elle se bat ici et maintenant avec des valeurs qui ne sont pas dominantes. « Utopique » parce que sa victoire nécessiterait probablement une autre économie, voire une autre société qui signifierait également le dépérissement d’Enercoop.

Abstract :

The repeated observation of ecological and climatic crises is confronted with the quasi-inertia of States and operators with lucrative aims who prevent the exit of non-renewable energies (fossil and fissile). Faced with this blockage, civil society groups are promoting economic practices that aim to move away from non-renewable energies. This thesis studies one of these collectives. It focuses on the cooperative supplier of renewable electricity Enercoop, a network of cooperative societies of collective interest (SCIC) created in 2004 following the liberalization of the French electricity sector. This network of SCICs aims to provide renewable electricity in a short circuit and to contribute to lowering energy consumption. Conceived here as a New Social Economy (NSE) initiative, its analytical framework, structured by the active tension between political project (instituting) and economic logic (instituted), is described and mobilized during this work.

In a double sociological and economic approach, the thesis aims to understand why this initiative was born and how it develops. It studies the way Enercoop responds to its dual, a priori contradictory, objective of selling electricity and encouraging the control of energy demand. It analyses the restoring forces (cooperative ecology affect, national/local polarisation, deliberative systems) that Enercoop deploys to maintain its energy democracy project (instituting), while keeping a stable economic management (instituted). These restoring forces reduce the risk of isomorphism in the face of the state or profit-oriented operators and allow it to maintain its objective of social transformation.

The industrial analysis provides an overview of the international and French energy context, and focuses on the characteristics of the electricity sector. It describes the Enercoop model and recalls the institutional developments (liberalisation) that led to its birth. Faced with this trend, Enercoop seeks to reduce speculative logic and improve the monitoring of electrons by contracting directly with producers and buying electricity and Guarantees of Origin from them jointly.

The sociological approach is based on sixty semi-structured interviews, forty participant observation sessions in Midi-Pyrénées and Paris and two questionnaire surveys. The sociology of Enercoop traces the emergence of the initiative, explores the deliberative systems (holacracy) mobilized by certain collectives of the Network. These systems involve experimental decision-making that promotes collective intelligence, counterbalanced by a logic of peer control.

The sociological approach makes it possible to characterize the cooperative ecological affect of Enercoop members, to identify their profiles (characteristics, motivations, membership processes, type of commitment) and to analyze the rise of ecological awareness. Based on the interviews, the thesis proposes an ideal-typical model of two biographical trajectories (linear, conversion with two variants, one « soft » and the other « shaken »). It also explores the socio-energetic practices of the members oriented towards sobriety (reasoning by carbon balance, « prosumer », aconsumption, etc.). Finally, it proposes to conceptualize the knowledge of purchase, a reasoning based on a multi-criteria analysis that guides the consumption practices of members.

This work reveals the permanent political fight of a structure engaged on the economic ground, even if it is the largest French network of SCIC. It is indeed a « realistic utopia ». « Realistic » because it fights here and now with values that are not dominant. « Utopian » because its victory would probably require another economy, or even another society, which would also mean the demise of Enercoop.

Directeurs de thèse/Ph.D.Supervisor : Marie-Christine ZELEM, CERTOP TERNOV, et Jacques PRADES, UT2J

Tuteur/Thesis tutor : Julien MILANESI, CERTOP, UT2J

Thèmes de Recherche/Research Topics

Socio-anthropologie de l’énergie, Rupture écologique, Cultures et pratiques énergétiques
Economie sociale, Economie coopérative, Intelligence collective

Socio-anthropology of Energy, Ecological break, Energetic Culture
Social economy, cooperative economy, Social Solidarity Economy, Collective intelligence

Mots-clés/KeywordsCoopérative d’énergie renouvelable – laboratoire social – transitions – bifurcations – cultures énergétiques
Renewable Energy cooperatives – social laboratory – transitions – bifurcations – energetic cultures

Publications

Articles

Maître R., 2021, L’initiative de nouvelle économie sociale d’Enercoop dans le secteur électrique : incidences de l’holacratie sur la coopérative de Midi-Pyrénées, Flux, 2021/4 (n°126), p.39-51 DOI : 10.3917/flux1.126.0039. URL : https://www.cairn.info/revue-flux-2021-4-page-39.htm

Chapitres d’ouvrage/Book Sections

Maître R., Emergence and transformation of Enercoop : the French network of electricity supply cooperatives as a new social economy initiative. [in] Debizet G, Pappalardo M, Wurtz F (coord.), 2022, Local energy communities, Ed. Taylor and Francis https://doi.org/10.4324/9781003257547

Maître R., La nouvelle émergence des coopératives énergétiques locales et citoyennes. [dans] Dans la fabrique des transitions écologiques, C. Dumat, G. Carrère, M.-C. Zélem (Dir.), L’Harmattan, 2019/The new emergence of local and citizen energy coopératives [in] In the factory of ecological transitions, C. Dumat, G. Carrère, M.-C. Zélem (Dir.) L’Harmattan https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=64247

 

Communications scientifiques avec comité de sélection :

 

Les coopératives énergétiques dans la transition écologique et citoyenne. Colloque international Transitions 2021, Juin 2022, Université Toulouse Jean Jaurès https://transitions2021.sciencesconf.org/

L’expérience d’économie sociale d’Enercoop. Étude de l’organisation et de la coordination d’une coopérative locale, Enercoop Midi-Pyrénées. Colloque international « Communautés énergétiques, autoproduction, autoconsommation : cadrages, pratiques et outils », Juillet 2020, Université Grenoble Alpes, https://www.youtube.com/watch?v=m-LG_46Abcg#t=20m21s

 

Économie sociale et transitions. Les coopératives énergétiques en question. 40e journée de l’Association d’économie sociale : « Penser les limites », Septembre 2022, Université Toulouse Jean Jaurès https://aes2020.sciencesconf.org/ `

Scientific communications with selection committee:

Energy cooperatives in the ecological and citizen transition. International conference Transitions 2021, June 2022, Université Toulouse Jean Jaurès  https://transitions2021.sciencesconf.org/

The social economy experience of Enercoop. Study of the organization and coordination of a local cooperative, Enercoop Midi-Pyrénées. International conference « Energy communities, self-production, self-consumption: frameworks, practices and tools », July 2020, Grenoble Alpes University, https://www.youtube.com/watch?v=m-LG_46Abcg#t=20m21s

Social economy and transitions. Energy cooperatives in question. 40th day of the Association of Social Economy: « Thinking the limits », September 2022, Toulouse Jean Jaurès University https://aes2020.sciencesconf.org/

Activités Pédagogiques/Teaching activities

Depuis 2020 : « Autonomisation de la pensée économique », Licence 1 bi-disciplinaire Sociologie-Economie, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

Depuis 2020 : « Sociologie critique de la modernité », Licence 3 Sociologie, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

Depuis 2020 : « Les enjeux du travail et de l’emploi », Licence 3 bi-disciplinaire Sociologie-Economie, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

Depuis 2020 : « Les enjeux de la croissance », Licence 3 bi-disciplinaire Sociologie-Economie, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

Depuis 2019 : « Introduction à une socio-anthropologie de l’énergie », Master 1 Politiques Environnementales et Pratiques Sociales (PEPS), Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

Depuis 2018 : « Méthodologie de Travail Universitaire », Licence 1 bi-disciplinaire Sociologie-Economie, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

2018-2019 : « Les enjeux du travail et de l’emploi », Licence 1 bi-disciplinaire Sociologie-Economie, Université Toulouse Jean-Jaurès

Since 2020: « Dissembedness economic thought », Licence 1 bi-disciplinaire Sociologie-Economie, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

Since 2020: « Critical Sociology of Modernity », Licence 3 Sociology, University Toulouse 2 Jean-Jaurès

Since 2020: « The questions of work and employement », Licence 3 bi-disciplinaire Sociologie-Economie, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

Since 2020: « The question of growth », Licence 3 bi-disciplinary Sociology-Economy, University Toulouse 2 Jean-Jaurè

2019-2020 : “Introduction to a socio-anthropology of Energy”, Master 1 Environmental Policy and Social practices, University of Toulouse 2 Jean-Jaures

Since 2018 : “University Work Methodology”, License 1 bi-disciplinary Sociology-Economy, University of Toulouse 2 Jean-Jaures

2018-2019 : « Labour and employment issues », License 1 bi-disciplinary Sociologie-Economy, University of Toulouse 2 Jean-Jaures

Formation et Titres Universitaires/Training and Academic Qualifications

2015-2016 : Master 2 Nouvelle économie sociale, Université Toulouse 2 Jean Jaurès. Mémoire de Master 2 « L’expérimentation sociale d’Enercoop : une solution pratique pour sortir de la crise énergétique ? » Sous la direction de Jacques Prades

2014-2015 Master 1 Innovation par l’économie Sociale, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès. Mémoire de Master 1 « Entre Crise et Instrumentation de la Biodiversité : de la protection-conservation-gestion à l’environnementalisme de marché. Dérive ou efficacité écologique et économique ? » Sous la direction de Geneviève Azam

2015-2016: Master 2 New Social Economy, University of Toulouse 2 Jean-Jaures. Second-year Master’s degree dissertation : “Enercoop’s social experimentation : a practical solution to get out of the energy crisis?” Under the direction of Jacques Prades

2014-2015: Master 1 Innovation by Social Economy, University of Toulouse 2 Jean-Jaurès. First-year Master’s degree dissertation : “Between Crisis and Biodiversity Instrumentation : from protection-conservation-management to market environmentalism. Drift or ecological and economic efficiency?” Under the direction of Geneviève Azam