©Pixabay Ri Butov face-mask

Avec les contributions de Cédric Calvignac et Roland Canu du Certop.

Un collectif de sociologues des Universités de Toulouse, Nice et de l’École des Mines de Paris (coordination Franck Cochoy, UT2J, LISST) mène une enquête sur l’usage des masques pour recueillir des témoignages afin d’alimenter la réflexion collective sur les moyens de combattre l’épidémie.

Depuis le mardi 17 mars 2020, et face à la propagation de l’épidémie Covid-19 en France, nous sommes tenus de respecter des mesures de confinement qui bousculent grandement nos vies. Pour faire face à la diffusion du virus, les masques de protection figurent au premier rang et suscitent un grand nombre de débats mais aussi de questionnements qui nous concernent tous : est-il vraiment utile de porter un masque ? Pour qui ? Dans quelles circonstances ? Quel type de masque ? Comment se les procurer ? Le masque change-t-il notre relation aux autres ?

La première partie de l’expérience a permis de recueillir plus de 1 000 témoignages très complets. Aujourd’hui, l’équipe de sociologues lance une deuxième vague d’appels à témoignages afin de mesurer les évolutions après déconfinement. Les résultats sont publiés au fur et à mesure dans des revues scientifiques et dans la presse.

Premiers résultats de l’enquête – articles de presse :

« Prolonger « l’espérance de vie » du masque, ou comment les soignants ont pallié la pénurie » de Cédric Calvignac – Sciences et Avenir, 3 juin 2020

« Que change le port du masque dans la relation soignant-soigné ? » de Cédric Calvignac – Sciences Humaines, 12 mai 2020


Participer à la seconde partie de l’étude Maskovid sur l’usage des masques dans le cadre du déconfinement

Lire la présentation sur le site de l’Université Toulouse – Jean Jaurès


Contacts Certop :
Cédric Calvignac, cedric.calvignac@univ-tlse2.fr
Roland Canu, roland.canu@univ-tlse2.fr

Photo : © Pixabay Ri Butov Face mask

Imprimer