Coordonnées/Contact Information

Téléphone/Phone : 05.61.50.36.78
Étage/Floor : 2e Bureau/Office : B 220 Bis
Courriel/Email : aureline.cardoso@univ-tlse2.fr

Thèse de doctorat en sociologie/Ph.D.Thesis sociology

« Profession féministe. Sociologie du travail salarié au sein des associations féministes. »
« Profession feminist. A sociology of labor within feminist nonprofit organisations. »

Thèse de doctorat en sociologie soutenue en octobre 2019 à l’Université Toulouse – Jean Jaurès. En savoir plus sur la thèse et la soutenance

Direction de thèse/Ph.D. Supervisor : Vincent SIMOULIN, PR UT2J, Certop
Co-Direction : Nathalie LAPEYRE, PR UT2J, Certop

Financement/Finance: CDU

Membres du jury :
Mme Maud SIMONET, Directrice de Recherche CNRS, IDHES- Université Paris Nanterre (présidente)
Mme Nathalie LAPEYRE, Professeure des Universités, CERTOP, Université Toulouse II Jean-Jaurès (directrice de thèse)
Vincent SIMOULIN, Professeur des Universités, CERTOP, Université Toulouse II Jean-Jaurès (directrice de thèse)
Mme Annie DUSSUET, Maîtresse de conférences Habilitée à Diriger des Recherches, Université de Nantes (rapporteure)
Matthieu HÉLY, Professeur des Universités, Printemps, Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines (rapporteur)

Résumé/Abstract

Cette thèse propose une sociologie du travail salarié au sein d’associations féministes basées en France et accueillant du public. Elle s’inscrit dans la continuité des recherches déjà menées sur le salariat associatif mais également dans le champ de la sociologie du genre, du travail et des groupes professionnels, des mouvements sociaux. Une enquête qualitative mêlant observations de plusieurs mois dans trois associations et une cinquantaine d’entretiens avec des salariées et quelques bénévoles d’associations féministes a permis de faire émerger les traits saillants d’un ethos professionnel du travail féministe. Cet ethos s’actualise dans trois sphères : la sphère du travail avec le public, celle du rapport au travail et à l’emploi et celle du rapport au féminisme et au politique. Ces trois sphères s’imbriquent fortement, permettant que se déploie un ethos professionnel cohérent, fonctionnant comme un principe expliquant les pratiques professionnelles, le rapport à l’emploi et au travail, les processus d’engagement et de désengagement dans le travail. La thèse cherche à montrer que malgré un contexte parfois très contraignant, les associations féministes peuvent être pensées comme des espaces où les professionnelles s’emploient à (ré)inventer le travail. Il s’agit également de donner à voir la spécificité d’un ethos féministe du travail transversal à l’ensemble de l’espace de la cause des femmes, tout en proposant une conceptualisation originale de l’ethos professionnel applicable à d’autres secteurs professionnels.

This dissertation aims to investigate how professionals working for feminist non- profit organisations build a specific work ethic. Based on predominantly qualitative fieldwork, this research first describes and analyses the day-to-day work performed by these professionals, highlighting their significant skills and resourcefulness, as well as the constant learning process in which they are engaged. Emotions both constitute an important part of the counselling tasks and shape a feminist rationality. The analysis then focusses on the professionals’ careers, both in terms of work and militancy. Such analysis allows us to understand how these professionals are able to dedicate so much of their time and energy to their work, as well as how they manage to find a work-life balance. Lastly, we try to show how feminism can inform specific forms of management, by looking at the example of self-managing organisations. This fieldwork and complete study has led us to the conclusion that the work ethic of these feminist non-profit organisations realises itself within three specific spheres : the sphere of counselling in which the ethic of feminist intervention is put into practice ; the sphere of the professionals’ relationship with their work and career where the work ethic as members of a feminist non-profit organisation helps them deal with sometimes modest labour conditions ; and finally the sphere of politics and feminism as a social movement where the ethic of day-to-day feminism comes into play. The dissertation aims to show how feminist professionals try to reinvent labour within feminist organisations, despite significant pressure. It also reveals the specificities of a feminist ethos shared by a wider women’s movement, while at the same time proposing an innovative approach of the concept of work ethos, that could be prove useful for the study of other professions.

Financement/Finance: CDU

Thème de recherche/Research Topics

Salariat dans les associations féministes
Paid work in feminist non-profit organizations

Mots-clés/Keywords
salariat associatif, féminisme, travail, usure, engagement
Associative paid-work, feminism, employment, work-related strain, political commitment

Activités de recherche/Research activities

2017 à 2019 : Intervention au sein d’une association enquêtée pour la thèse : co-animation d’une formation des bénévoles-administratrices à la fonction employeur, co-animation d’un temps d’échanges et de réflexion sur la structuration de l’association.
2019 : Expertise d’un article pour la revue Recherches Féministes.
2018 : Expertise d’un article pour la revue Genre en séries.
Mai 2018 : Intervention au sein du séminaire Genre, Féminisme et Mobilisations Collectives de l’EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales), sur invitation des coordinatrices (Alice Romério, Bérangère Savinel, Florys Castan-Vicente, Bibia Pavard).
Septembre 2017 : publication d’un article pour la revue Cause Commune (revue de recherche du Parti Communiste Français) : « Travail associatif et féminisme : le bonheur est-il dans l’autogestion ? ».
Mars à Août 2017 : Séjour de recherche à Sao Paulo (Brésil), dans le cadre du projet INCASI (International network for compared analysis of social inequalities).
Janvier 2017 : Intervention pour l’Université Populaire de Toulouse, sur le thème des résistances antiféministes et masculinistes.
2016-2018 : Coordination d’un numéro pour la revue GLAD! (revue spécialisée Genre et langage) à partir des actes de la journée d’études « rhétoriques antiféministes » organisée à l’Université Toulouse II Jean Jaurès les 3 et 4 mai 2016. Numéro paru au printemps 2018.
2016-2018 : Membre du bureau d’Efigies, association de promotion de la jeune recherche sur le genre et les sexualités. Gestion d’une mailing-list, soutien à la création de nouveaux ateliers, recherche de financements.
2014-2016 : membre du réseau de doctorantes Efigies-Arpège de Toulouse : co-organisation de deux journées d’études à l’Université Toulouse II Jean Jaurès : « (non-)mixité de genre » les 2 et 3 avril 2015, « Rhétoriques antiféministes : entre recherche et pratiques », les 3 et 4 mai 2016.

PUBLICATIONS

Articles (revues à comité de lecture)/Journal article

Cardoso A., à paraître, « Je ne veux pas organiser les femmes ». Travail social féministe et pouvoir d’agir, Revue Française des Affaires Sociales, 2020-2.

Cardoso A., à paraître, « Le travail féministe, c’est la santé ? De l’autogestion à la gestion collective de l’usure au travail », dans Le travail en luttes. Résistances, conflictualités et actions collectives, dirigé par Léa Lima, Claire Vivès, Murielle Matus (ouvrage collectif suite aux Journées Internationales de Sociologie du Travail, juillet 2018).

Carsodo A., 2019, « Une utopie en travail. Du Mouvement de Libération des Femmes à la professionnalisation, itinéraire d’une association féministe en cogestion », Les Mondes du Travail, n° 24.

Cardoso A., 2019, « Quand les patronnes sont bénévoles : conflictualités au Planning Familial », La nouvelle revue du travail [En ligne], 15 

Cardoso A., (2018) « Antiféminisme sur papier glacé », GLAD! [En ligne], 04 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 09 août 2018. https://www.revue-glad.org/1033

Cardoso A., (2017) « C’est comme si on avait de la colère pour elles ». Féminisme et émotions dans le travail d’accompagnement des femmes victimes de violences conjugales, Terrains & travaux, 2017/1 (N° 30), p. 31-53.

Cardoso A., 2014, « Superwoman est-elle antiféministe ? Analyse des discours de la presse féminine sur l’articulation entre vie professionnelle et vie familiale », Recherches féministes vol.27, n°1

Autres publications

Cardoso Auréline (2017) « Travail associatif et féministe : le bonheur est-il dans l’autogestion ? » Revue Cause Commune, n° 02, https://www.causecommune-larevue.fr/travail_associatif_et_feministe_le_bonheur_est_il_dans_l_autogestion

ACTIVITES SCIENTIFIQUES

Réseaux et Associations Scientifiques/Networks and scientific associations

Membre du réseau Arpège (Approches Pluridisciplinaires du Genre), est un réseau visant à promouvoir les recherches sur le genre
Member of the Arpege network (multidisciplinary network of research in gender studies)

Formations et titres universitaires/Training and academic qualifications

2019 : Doctorat de sociologie, «Profession féministe. Sociologie du travail salarié au sein des associations féministes », soutenu à l’Université de Toulouse II Jean Jaurès, octobre 2019

2012-2014 : Master 2 Genre, Egalité et Politiques Sociales, « Libertés, sexualités (anti)féminisme ? Une ethnographie du Planning Familial du Tarn », sous la direction de Julie Jarty, mention très bien (Université Toulouse II Jean-Jaurès) / Master’s degree in sociology: Gender, Equality, Social Policies (Université Toulouse II Jean-Jaurès) « Liberty, sexualities, (anti)feminism ? An ethnography of the Planning Familial du Tarn », under the superivision of Julie Jarty

2012-2013 : Master I Genre, Egalité et Politiques Sociales, « Antiféminisme sur papier glacé. Analyse des discours de la presse féminine », sous la direction de Julie Jarty, mention très bien, Université Toulouse II Jean-Jaurès/Master’s degree in sociology: Gender, Equality, Social Policies, « Antifeminism on glossy paper. An analysis of feminine magazines’ discourses », under the superivision of Julie Jarty, Université Toulouse II Jean-Jaurès

2009-2010 : Licence sciences de l’éducation obtenue avec mention bien (Université de Nantes)/bachelor’s degree in education sciences (University of Nantes)

2007-2009 : DEUG Langues, lettres civilisations étrangères anglais-portugais (Université de Nantes)/ two-year university diploma in foreign langage, letters and culture english-portuguese (University of Nantes)

mise en ligne juin 2020/update june 2020

Imprimer