Lieu :

Université Toulouse 1 Sciences Sociales

2 Rue du Doyen Gabriel Marty

31042 Toulouse CEDEX 9 – France

Organisé par :

le CERTOP (CNRS- UMR 5044)

le LIRHE (CNRS FRE 3032)

avec le soutien du CNRS

A l’initiative de : Franck Cochoy et Jacques Igalens

Télécharger le programme

au format .pdf

Exposé de la thématique

La RSE renvoie aux obligations pour les entreprises d’aller au-delà du simple respect des lois en vigueur. Cela se traduit souvent par l’intégration d’objectifs sociaux et environnementaux dans les stratégies conventionnelles.

La RSE constitue une transformation des normes du marché, fondées sur la maximisation des profits des actionnaires. Les fonctions
« normales » économiques des entreprises sont-elles ainsi et en quelque sorte banalisées, du moins en apparence.

La question qui se pose alors est de savoir dans quelles conditions et par quels moyens les pratiques de RSE peuvent être légitimées et acceptées dans des marchés considérés comme mode central d’organisation de l’activité économique des sociétés capitalistes fondées sur la primauté du profit.

Ceci rejoint la question souvent récurrente de savoir si les entreprises peuvent retirer des bénéfices de l’adoption d’un comportement socialement responsable.

Plus encore, il importe de s’interroger sur le potentiel de la RSE à
être un nouveau mode de régulation des marchés dans un sens qui limite les inquiétudes grandissantes à l’égard des entreprises, surtout multinationales, omnipotentes.

En dépit de la multiplicité des travaux dans ce domaine, les liens entre RSE et marchés sont restés cantonnés à la recherche d’une corrélation entre performance sociétale et performance financière de l’entreprise.

L’objectif de ce colloque est d’élargir, de renouveler et de changer les perspectives d’étude sur les liens entre la RSE et les marchés.

Ce changement de perspective devrait amener de nouvelles réflexions sur les origines, les motivations et les processus dynamiques de la RSE au-delà de la seule question de performance.

Cet objectif peut être décliné au moins en trois volets :

  • RSE et régulation des marchés :

Ce volet s’intéresse au potentiel régulatoire de la RSE et à la capacité de la RSE de créer de nouvelles normes légitimes d’échange et de fonctionnement des entreprises qui dépassent la seule norme de
profitabilité. Il s’agit d’analyser et de comprendre les contextes éthiques et moraux dans lesquels se situent les marchés, ainsi que leur évolution. _ Par ailleurs, il faut aussi s’interroger sur les acteurs les plus aptes à initier et organiser cette régulation. Il est aussi possible d’inverser le raisonnement et de se poser la question de la capacité du marché à réguler les pratiques RSE, d’où le deuxième volet.

  • Le marché de la RSE :

La RSE est aussi présentée comme un instrument de marketing externe susceptible d’améliorer l’image et la performance commerciale de l’organisation. La commodification de la RSE renvoie à la création « d’un marché de la vertu », avec une multiplication de produits, d’instruments de gestion et de meilleures pratiques, amplement promus et diffusés auprès des entreprises. Le développement des agences de notation a
aussi permis le développement de critères marquetés de RSE, similaires aux labels et marques commerciales. La question se pose de savoir quelle est la place de la RSE dans les stratégies de marketing, d’étudier comment s’opère le marketing de la vertu, comment il est légitimé ou discuté, quels en sont les outils, etc.

On pourrait se demander si la RSE ne renoue pas avec le marketing social et sociétal des années 1970, afin d’évaluer en quoi les évolutions récentes en termes de mondialisation de l’éthique change la donne renouvelle la façon d’appréhender les questions sociales en marketing.

  • Le marché des fonds ISR :

Déclinaison de la RSE au niveau de la sphère financière, l’Investissement Socialement Responsable est, en France, un marché
encore en construction. Sa forte progression au cours de ces dernières années s’est accompagnée de la création de nouvelles méthodologies d’évaluation extra financière. Ce marché de la notation sociétale peut représenter un moyen de peser sur les décisions des entreprises dans le sens d’un plus grand respect de l’environnement et des droits de l’homme. L’étude de la dynamique d’évolution de l’ISR représente un moyen pour clarifier les liens entre RSE et marchés en focalisant sur les raisons et les mécanismes de la mise en place de choix économiques d’investissement responsable. La construction du marché de l’ISR est le résultat de l’interaction d’acteurs différents, impliquant un mode de
régulation adapté.

En renouvelant les perspectives d’analyse, l’ambition de ce séminaire est d’initier un débat sur la place, le rôle et l’avenir de la RSE dans les marchés capitalistes.

Voir l’Appel à communications

Présentation du Comité d’organisation :

Cochoy Frank, Université de Toulouse 2, CERTOP – Igalens Jacques, Université de Toulouse 1, LIRHE – Décaudin Jean Marc, Université de Toulouse 1, IAE – El Akremi Assâad, Université de Toulouse 1 – LIRHE – Pottier Céline, Maison des Sciences et de l’homme, Toulouse – Rozelet Marie-Noëlle, Université de Toulouse 2, CERTOP – Vicens Christine, Université de Toulouse 1 – LIRHE.

Pour toute demande d’information :

Assaad El Akremi assaad.el-akremi@univ-tlse1.fr

Christine Vicens vicens@univ-tlse1.fr

LIRHE (CNRS)

Université Toulouse 1 Sciences Sociales

2 Rue du Doyen Gabriel Marty

31042 Toulouse CEDEX 9 – France

Imprimer