Titre : « Autismes et socialisations alimentaires : Particularités alimentaires des enfants avec un Trouble du Spectre de l’Autisme et ajustements parentaux pour y faire face. « 

« Autism and food socialization: Eating particularities of children with Autism Spectrum Disorders and parental adjustements to cope with them »

ROCHEDY Amandine

Thèse de doctorat en sociologie soutenue en janvier 2017


Jury :

Nicoletta Diasio, sociologue, Professeure des Universités, Strasbourg 
(Rapporteure)

Claude Fischler, sociologue, Directeur de Recherche émérite, CNRS, Centre Edgar Morin, Paris (Rapporteure)

Stéphanie Mulot, sociologue, Professeure des Universités, Université Toulouse – Jean Jaurès

Jean-Pierre Poulain, sociologue, Professeur des Universités, Université Toulouse – Jean Jaurès (Directeur de thèse)

Jean-Philippe Raynaud, psychiatre, Professeur des Universités, université Toulouse III – Paul Sabatier (Co-directeur de thèse)

François De Singly, sociologue, Professeur des Universités, Université Paris Descartes (Président du jury)


Résumé

Cette thèse vise à apporter des éléments de compréhension sociologique des particularités alimentaires des enfants présentant des troubles autistiques. Ce sujet est encore peu étudié dans la littérature, alors même que les particularités alimentaires et les comportements problématiques à table associés aux troubles autistiques ont des conséquences sur la santé et la vie sociale de l’enfant ainsi que sur celles de l’entourage familial. À travers l’analyse d’entretiens avec des experts et des parents, de questionnaires, d’observations ethnographiques et de témoignages publiés de parents, ce travail observe les tensions qui jalonnent la construction du répertoire alimentaire. Sur un fonds biologique et psychologique commun, les analyses montrent comment l’écart autistique à la norme donne à voir des identités alimentaires qui se construisent et se diversifient au fil de l’âge et au gré des contextes. La thèse fait alors apparaître que des phénomènes, souvent identifiés comme spécifiques à la socialisation alimentaire en population autistique, relèvent en partie de déformations de la construction de la néophobie alimentaire et de son processus, au point qu’il soit nécessaire de parler de néophobies alimentaires au pluriel. L’alimentation particulière des enfants permet de souligner la dimension éminemment sociale du processus d’individualisation alimentaire. L’analyse des pratiques alimentaires spécifiques éclaire enfin la redéfinition des rôles et donne à voir les ajustements sociaux ainsi que le travail domestique, parental et de care pour y faire face. De la sorte, les perturbations liées aux troubles autistiques sont l’occasion d’observer les processus de néophobie sous un angle nouveau et de mettre au jour les enjeux individuels, familiaux, sociétaux et sanitaires de la socialisation alimentaire chez l’enfant.

Mots-clé : socialisation, alimentation, autisme, TSA, particularités alimentaires, néophobie, individualisation, enfance et adolescence, famille


Summary

This thesis aims at bringing elements for a sociological understanding of autistic children’s eating particularities. The scientific literature remains limited on that subject even though eating particularities and problematic behaviours associated with autism spectrum disorders have consequences on the child’s health and social life, as well as on the family circle’s. Through the analysis of interviews with experts and parents, a quantitative survey, ethnographic observations and published testimonies, this research explores the strains of the building process of alimentary repertories. On a biological and psychological common basis, the autistic deviation from the standard reveals the construction and diversification of eating identities throughout aging and the different contexts in which children evolve. The dissertation shows that some phenomena, often identified as specific of the food socialization in autistic population, are partly due to distortions of the food neophobia construction and its process, so that it is necessary to talk about neophobias in the plural. The eating particularities emphasize the eminently social dimension of children’s eating individualization process. Furthermore their understanding highlights the redefinition of parents’ roles and the social adjustments implemented to cope with them, resulting in a combination of domestic, parental and care strategies. Thus, perturbations linked with autism disorders are the opportunity to study the neophobia process from a new angle and to uncover individual, familial, societal and health stakes implied in children’s food socialisation.

Key-words socialization, food, autism, ASD, eating particularities, neophobia, individualization; children and teenager, family


mise à jour 30 janvier 2017

Imprimer