Quand l’exceptionnel devient commun (Lampedusa et Mayotte).
Photo-lampedusa-Annalisa-Lendaro-CERTOP2web.jpg

Porteur du projet : CERTOP UMR5044 CNRS

En partenariat avec : LISST UMR5193, LaSSP EA4175, FRAMESPA UMR5136

Ce projet propose de contribuer à une sociologie de l’« exception ordinaire » à travers l’étude des migrations circulatoires touchant les îles aux frontières de l’Europe, comme Lampedusa (Italie) et Mayotte (France).

Ces îles-frontière sont des espaces privilégiés d’observation des enchevêtrements et des interférences entre différents niveaux de régulation des migrations internationales et de leurs effets. L’hypothèse retenue est celle de l’île-frontière comme lieu de banalisation de l’exception. Au croisement de la sociologie des migrations, de la sociologie de l’action publique et de l’histoire, le projet de recherche a pour vocation d’apporter un éclairage sur les multiples visages et usages de l’exception, et sur les manières dont les espaces insulaires frontaliers, terres de contrastes par excellence, interviennent dans la production des frontières externes et internes.

Contact scientifique : Annalisa LENDARO, sociologue, chargée de recherche CNRS, CERTOP

annalisa.lendaro@univ-tlse2.fr

photo: Annalisa Lendaro

mise à jour juin 2014

Imprimer