• PUBLICUS : examine le rapport des universités à leurs publics « adultes » au travers des dispositifs institutionnels et des expériences des études et réfléchit sur cette base aux recompositions de l’État et de l’institution éducative.

    Titre : L’université et ses publics
    Sous-titre : Que fait-on des adultes dans les universités françaises dans une perspective comparée avec le Québec?

Les systèmes d’information, d’évaluation et de pilotage ayant trait aux systèmes éducatifs nationaux ont intégré des indicateurs se rapportant à la formation des adultes : Eurostudent mesure la part des étudiants adultes ; l’OCDE alimente un programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PIAAC). Les enquêtes à vocation comparative décrivent des situations nationales variées. Une idée commune est que la France se place dans une position défavorable tant du point de vue des compétences et de l’accès à la formation des adultes que par le rôle joué par le système scolaire et universitaire. Plutôt qu’à la mesure comptable de la position de la France, cette idée commune a conduit à interroger la construction des usagers et des usages de l’université, à l’interface d’un rapport institutionnel, entre un public projeté et un public réel.

Le programme contient trois opérations :
– le « Traitement » des publics adultes : le droit pratique à l’échelle des universités, des professionnels et des productions de l’université
– l’« Invention » des publics adultes : sociogenèse et sociohistoire des catégories politico-institutionnelles
– la « Description » des publics adultes : tendre vers une sociologie de l’étudiant « adulte »

Partenaires : Pierre Doray (Professeur, Sociologie, CIRST-UQAM), Valérie Larrosa (MCF, Droit, LASSP-IEP Toulouse), Philippe Lemistre (IR, Économiste, CEREQ-CERTOP)

Financement : LabEx SMS, Convention PubliCus-UFTMIP-CNRS-SMS, OP3&OP8 « Mondes scientifiques » & « Mondes politiques »
Période : 2015-2018

Contact :  Christelle Manifet, manifet@univ-tlse2.fr (coordonnatrice du programme)

Consulter l’article « Projet PUBLICUS – Christelle Manifet, chercheure invitée à l’UQAM, Canada – 2018 »


  • DISCREPOUV – Le pouvoir discrétionnaire aux frontières de l’UE : le droit et son contournement au prisme de la ‘crise des réfugiés’

A partir du cas de la frontière franco-italienne contemporaine (Vintimille, Menton, Nice, vallée de la Roya), ce projet propose d’apporter un éclairage interdisciplinaire et diachronique sur les effets des politiques de contrôle de la frontière, à la lumière des pratiques de contournement du droit de plusieurs acteurs (habitants, forces de l’ordre, ‘entrepreneurs de cause’) en prise avec l’arrivée de demandeurs d’asile sur le territoire étudié. L’ambition du projet est de prendre au sérieux la dimension systémique et morale des pratiques discrétionnaires liées aux marges interprétatives du droit menant à son contournement. Un des objectifs de DISCREPOUV est d’éclairer les modalités et les effets de ce contournement sur d’une part, l’accès au droit des migrants et, d’autre part, sur ces catégories parfois poreuses que sont : les habitants des territoires frontaliers étudiés, les « professionnels de la frontière » (ex. forces de l’ordre), et aussi sur ceux qui son engagés dans la construction politique d’une cause ou d’une affaire (avocats, bénévoles associatifs). Pour ce faire, le projet se propose d’analyser les rapports entre ces groupes d’acteurs à la lumière des dilemmes juridiques et moraux que leurs pratiques (professionnelles, quotidiennes etc.) soulèvent.

Financement : LabEx SMS
Période :
2017-2019

Contact : Annalisa Lendaro, annalisa.lendaro@univ-tlse2.fr


  • Projet IBIFA

    Financement : LabEx SMS
    Période :
    2013-2018

Contact : Vincent Simoulin, vincent.simoulin@univ-tlse2.fr


Programmes de recherche Axe PUMA (passés)

mise à jour décembre 2017

Imprimer