Conférences-recherche ISTHIA-CERTOP



Jeudi 8 mars 2012 – 16h-18h

Aff. Conférence J. Spindler mars 2012

« Le budget et l’administration du tourisme en France. Incidences de la LOLF et de la RGPP. »

Invité : Jacques SPINDLER, Professeur de sciences de gestion, Université Nice Sophia Antipolis, Directeur de l’IAE de Nice

Discutant : Paul-Emmanuel PICHON, MCF markenting, UTM, CETIA, CERTOP

Contact scientifique : Jacinthe Bessière, sociologue, MC UTM, CETIA, CERTOP

Lieu : UTM, Amphi 12

  • 16h /16h15 : présentation
  • 16h15 17h15 : exposé du conférencier
  • 17h15 18h : discussion et échanges avec la salle

Résumé :

La Loi Organique relative aux Lois de Finances (LOLF) a été promulguée le 1er août 2001 pour entrer pleinement en application le 1er janvier 2006. Elle poursuit deux objectifs : mieux assurer l’exercice budgétaire du Parlement et permettre une amélioration de la gestion publique. La LOLF conduit les ministères à se moderniser en permanence. La LOLF implique notamment une diffusion de la culture de performance et l’adaptation des structures de l’État à ses missions. Progressivement les organigrammes des administrations ont été adaptés au nouveau cadre budgétaire. LOLF et modernisation de l’État sont étroitement liées. Après quelques années de mise en œuvre de la LOLF et de modernisation de l’État, des progrès ont été faits, mais de nombreuses difficultés demeurent. Ces dernières constituent autant de critiques que l’on se propose de recenser en analysant les travaux parlementaires relatifs aux projets des lois de finances depuis 2006 en matière de tourisme. L’Administration de cet important secteur de l’économie semble poser de multiples problèmes de positionnement dans les nouvelles maquettes budgétaires, au point de réduire un peu plus chaque année la visibilité des politiques publiques en ce domaine. Par ailleurs, la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) paraît avoir définitivement banalisé l’Administration du tourisme, sans lui donner pour autant un statut interministériel, alors que nombre de ministères participent directement ou indirectement au financement du tourisme.

Jacques SPINDLER, Principales publications :

[2011] Les pôles de compétitivité se décrètent-ils ? Une comparaison européenne, Damien BO, Jean-Luc PISSALOUX et Jacques SPINDLER (dir), Collection du GRALE, L’Harmattan, Paris (à paraître).

[2010] « Quelques réflexions critiques sur la mise en œuvre de la modernisation de l’Etat : l’exemple du budget et de l’administration du tourisme », in Mélanges en l’honneur de Pierre BELTRAME, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, pp. 555-566.

[2009] L’évaluation de l’événementiel touristique, Jacques SPINDLER (dir.), Collection « Tourisme et Sociétés », dirigée par Franck MICHEL, (dir.), L’Harmattan, Paris.

[2008] Le management public en mutation, David HURON et Jacques SPINDLER (dir.), Collection « Management Public », dirigée par Gérald ORANGE et Jacques SPINDLER, L’Harmattan, Paris.

[2008] « Tourisme d’affaires et chaîne de valeur », (en collaboration avec Bénédicte ALDEBERT et Damien BO), Les Cahiers Espaces, n° 97, avril, 86-91.

[2007] « Les pôles de compétitivité français : référentiel théorique et grilles d’analyse », (en collaboration avec Damien BO et David HURON), La revue du Trésor, N° 10, pp. 859-863.

[2006] « Évaluation de l’événementiel touristique – L’indispensable innovation », in Observation, statistique & tourisme, Cahiers Espaces, n° 90, septembre, pp. 26-30.

[2005] « Le financement des politiques locales du tourisme », in Le financement des politiques locales, Annuaire 2005 des collectivités locales, CNRS Editions, Paris, pp 55-64.

[2004] Le tourisme au XXIe siècle, Jacques SPINDLER (dir.), Préface de Francesco FRANGIALLI, Secrétaire général de l’Organisation Mondiale du Tourisme, L’Harmattan, Paris, 466 p.



CONFERENCE ANNULEE

Veuillez nous excuser pour ce contre-temps de dernière minute.

Jeudi 12 janvier 2012 – 13h30-17h30

jpg_ConfCE-de-SUREMAIN-web.jpg

« Réinventions de la tradition alimentaire et patrimonialisations en Amérique latine. »

Invité : Charles-Edouard de SUREMAIN, anthropologue, IRD, PaLoc “Patrimoines Locaux” (UMR208 IRD-Muséum National d’Histoire Naturelle)

Discutant : Christophe SERRA-MALLOL, MCF sociologie, UTM, CETIA, CERTOP équipe TAS

  • 13h30-13h45 : présentation par Jean-Pierre POULAIN, socio-anthropologue, PU UTM, Directeur du CETIA, CERTOP
  • 13h45-15h15 : exposé du conférencier
  • 15h15-16h : discussion et échanges avec la salle

Contact scientifique : Jacinthe Bessière, sociologue, MC UTM, CETIA, CERTOP

Lieu : UTM, Maison de la Recherche, salle D29

Résumé : Mes recherches se déclinent autour de la thématique des « Patrimoines alimentaires ordinaires », en particulier sur les usages, les discours, les représentations, transmissions, les modes d’appropriation, les adaptations et les transformations des politiques alimentaires ou des projets de valorisation alimentaire par les acteurs locaux. Elles interrogent par-là même, à partir de la perspective des acteurs, les décalages entre les politiques publiques et la fabrication des « identités alimentaires ».

Étude de cas 1 : Pratiques alimentaires et (re)construction identitaire chez des migrants boliviens de retour d’Argentine. L’étude des pratiques alimentaires de migrants de retour boliviens ayant longuement séjournés en Argentine permet d’aborder la problématique de la migration et de l’identité : la construction sociale, réelle et imaginaire, de la migration ne passe-t-elle pas aussi par l’alimentation ? Ce que l’on mange ici et là-bas éclaire, en creux, le succès ou l’échec donnée à la migration par les migrants et aide à comprendre plus finement les significations locales données à la pauvreté et à la richesse, au bien-être et au mal-être. L’observation et les « récits de vie alimentaires », menés dans une perspective intergénérationnelle, conduisent finalement à s’interroger sur la situation sociale et symbolique des migrants de retour dans la société d’origine comme dans la société d’accueil. Elle permet également de s’interroger sur la notion de patrimoine alimentaire en tant que marqueur identitaire, par défaut, des populations les plus modestes.

Étude de cas 2 : « Manger tradition ». Les mises en scène du patrimoine alimentaire à Lima (Pérou). Dans le contexte général du développement de la gastronomie et de la patrimonialisation de la cuisine péruvienne, ma proposition se propose de s’interroger sur la façon dont ont émergé deux chefs de restaurants très contrastés (prix, prestige, positionnement local, plats proposés) et, à partir de leurs itinéraires propres, de mettre en balance la façon dont ils perçoivent et pratiquent la « création culinaire ». Les itinéraires renvoient aussi bien à des parcours géographiques (migration) qu’à des cycles d’apprentissage (cuisine, anthropologie ou autre) ou à l’accaparation opportuniste d’un « créneau » à la mode. Nous verrons quels aspects des cuisines locales et internationales ces derniers s’approprient et délaissent, mettent, ou non, en scène. Ces exemples permettront de montrer que, si les expériences, les pratiques et les savoirs des chefs diffèrent grandement, ils se rejoignent autour de l’idée de comer tradición et interrogent, plus ou moins directement, la notion de « patrimoine culinaire »



Vendredi 25 novembre 2011 – 15h-17h30

Affiche Carlo Pétrini Toulouse 25 nov.2011

« Terra Madre. Renouer avec la chaîne vertueuse de l’alimentation. » Ed. Alternatives 2011

Vidéo de la conférence en ligne sur le site CanalU

Invité : Carlo PETRINI, Fondateur et président du mouvement Slow Food, Président de l’Université de Sciences Gastronomiques de Pollenzo, Italie

Discutant : Jean-Pierre POULAIN, socio-anthropologue, PU UTM, Directeur du CETIA, CERTOP

17h30 Séance de dédicace avec la Librairie Etudes.

En savoir plus sur l’ouvrage « Terra Madre. Renouer avec la chaîne vertueuse de l’alimentation. », 2011, Editions Alternatives

En savoir plus sur Slow Food International / Slow Food France

Contact scientifique : Jacinthe Bessière, sociologue, MC UTM, CETIA, CERTOP

Lieu : UTM, Arche, Amphi 8



Vendredi 31 janvier 2011 – 14h-17h « Les pratiques alimentaires, un patrimoine culturel immatériel ? Éléments scientifiques du dossier de candidature de la gastronomie française à l’Unesco. »

Invitée : Julia CSERGO : MCF, Histoire contemporaine, Université Lyon 2,
Laboratoire d’Etudes Rurales (EA3728-UscINRA 2024)

Discutante : Jacinthe Bessière, Maître de conférences, Sociologie, Université de Toulouse II – Le Mirail, CERTOP

Lieu : UTM – amphi 5



Jeudi 9 décembre 2010 – 14h30 17h00 «Les paradoxes de la consommation touristique.»

Invitée : Isabelle FROCHOT, MCF gestion du tourisme, Université de Savoie, Chambéry.

Discutant :François VELLAS, Professeur d’économie, Université Toulouse 1, CERTOP

Lieu : UT2, Amphi 10 (Histoire)


Isabelle FROCHOT :

Maître de conférences en gestion du tourisme et responsable de la filière tourisme à
l’IMU Tourisme, Université de Savoie, Chambéry.

A écrit avec Legoherel P. « Le Marketing du Tourisme », Dunod Collection Gestion Sup 2007, seconde édition à paraître (2010).

Résumé :

Le comportement touristique a toujours été analysé comme un miroir inversé de la vie
quotidienne d’individus éreintés par leurs conditions de vie quotidiennes. Si
l’ailleurs et l’art du voyage restent d’actualité, on assiste également à une expansion
de l’offre du voyage packagé et une légitimation grandissante de l’offre
d’hôtel-clubs / resorts. On constate ainsi la création de sous-destinations à
l’intérieur de destinations sans que ces dernières aient nécessairement un contrôle sur
leurs développements. On assiste ainsi à des déplacements touristiques où la rencontre
avec l’ailleurs est souvent paradoxalement très limité (sans parler des croisières..).
Paradoxalement également, on remarque que l’urbanisation, qui créé cette demande pour
des produits « clé en main », ne produit pas pour autant un « lissage culturel » de la
demande touristique. En effet, la distanciation des sociétés avec leurs racines rurales
créé également une certaine nostalgie qui maintient un affectif certain avec la nature
et la campagne. On remarque ainsi qu’avec des efforts d’interprétation, on peut
intéresser un public et le connecter davantage aux caractéristiques d’un territoire.

La présentation débutera avec une revue des concepts qui permettent de mieux comprendre
le comportement touristique : motivations, modes de décision et satisfaction sans
oublier l?apport des théories expérientielles sur la compréhension des dimensions
émotionnelles du comportement. L’étude de ces concepts permettra de mieux comprendre
l’évolution des tendances mentionnées ci-dessus.



Imprimer