——–

Colloque international de l’équipe Simone-SAGESSE

Les « études de genre » : enjeux scientifiques et effets sociaux.

6-8 juillet 2006 – Université de Toulouse II-Le Mirail

jpg_Affiche20ans-web.jpg


Présentation du Colloque


Ce colloque vise à marquer une étape importante dans l’histoire des ‘études genre’ à l’Université de Toulouse-Le Mirail (UTM). Il permet de réunir les partenaires – universitaires et sociaux – de l’équipe d’accueil doctoral Simone-SAGESSE autour d’une analyse croisée des enjeux et des effets de ce champ d’enseignement et de recherche en pleine expansion. S’inscrivant dans la lignée de plusieurs initiatives antérieures, à l’UTM et ailleurs, c’est en juin 1986 que l’équipe Simone (à l’époque officiellement intitulée ‘Conceptualisation et communication de la recherche/femmes’) a obtenu sa première subvention du Conseil scientifique de l’UTM. En 2006, elle fête donc ses 20 ans d’existence. Par l’organisation de plusieurs filières d’enseignement (dont un Master professionnel), de séminaires de recherches, de conférences publiques, par la création d’un Centre de documentation, d’un portail national d’information et d’une liste de discussion électronique, l’équipe n’a cessé de favoriser le développement et la valorisation de connaissances sur les mécanismes à l’origine des inégalités de sexe, en dialogue permanent avec ses partenaires universitaires en France et à l’étranger et avec les acteurs et actrices de terrain. Sous le nouveau statut d’équipe d’accueil doctoral (EA 3053), le projet scientifique de l’équipe devenue SAGESSE (Savoirs, genre et rapports sociaux de sexe) vise à analyser les processus sociaux de différenciation et de hiérarchisation des catégories de sexe dans toutes les sphères du social. Il met l’accent sur la nécessité de complexifier l’analyse du genre, en l’articulant à d’autres dynamiques sociales et en l’inscrivant dans une perspective comparative internationale. Les travaux de l’équipe sont caractérisés par des tentatives d’articulation des processus de sexuation à l’oeuvre à trois niveaux distincts de la réalité sociale: celui de l’action publique (européenne, étatique ou décentralisée); celui des acteurs collectifs intermédiaires (groupes professionnels, syndicats, mouvements sociaux) et celui des expériences individuelles.

L’équipe fête donc ses 20 ans d’existence par une manifestation construite autour d’un bilan provisoire des enjeux scientifiques et des effets sociaux des ‘études genre’. Elle souhaite nourrir ses réflexions sur le lien qui existe entre la recherche universitaire et les initiatives sociales en faveur de l’égalité des sexes. Il s’agit d’identifier une série de questions, de problèmes, de nœuds et de tensions entre reproduction et transformations sociales du point de vue du rapport social de sexe. En quoi les débats conceptuels propres à ce champ universitaire peuvent-ils alimenter l’action publique et/ou l’engagement associatif ? En quoi les expériences de terrain peuvent-elles orienter la définition de nouveaux objets de recherche et des innovations méthodologiques ? En quoi les critères d’évaluation de « l’excellence scientifique » sont-ils conformes aux attentes de la société civile à l’égard des productions universitaires? En quoi les partenariats solides entre « science & société » peuvent-ils favoriser la prise en compte des exigences d’égalité des sexes sur le plan politique ? En quoi les recherches sur le genre permettent-elles de développer des stratégies de résistance à l’égard des injonctions normatives en matière de santé reproductive, de travail, d’engagement politique ou de sexualités ? Ces quelques questions seront au coeur de nos débats, qui se placent au carrefour de générations successives de chercheur-e-s d’horizons disciplinaires multiples, en dialogue avec les acteurs et actrices de promotion de l’égalité des chances.


Télécharger le programme du Colloque (.pdf)


Équipes de recherche et organismes associés à cette manifestation


AISLF (Association internationale des sociologues de langue française) ; ANEF (Association nationale des études féministes) ; APIAF (Association pour les initiatives autonomes de femmes, Toulouse) ; ARTEMISIA (Association des diplômé-e-s du Master professionnel ‘Politiques sociales et rapports sociaux hommes-femmes’) ; CEDREF (Centre d’études, de documentation et de recherches féministes, Université de Paris VII) ; Centre Louise Labé (Université de Lyon II) ; CERTOP (Centre de recherche travail, organisation, politique), CNRS-UTM ; CIDF31 (Centre d’information Droits des femmes de la Haute-Garonne) ; CNRS (Mission pour la place des femmes au CNRS) ; Collectif régional Droits des femmes ; DRDFE (Délégation régionale aux Droits des femmes et à l’égalité, Midi-Pyrénées) ; GTM (Genre, travail, mobilités), CNRS, Universités de Paris VIII & X ; CSU (Cultures et sociétés urbaines), CNRS-IRESCO, Paris ; INED (Unité genre & développement), Paris ; Conseil général Haute-Garonne ; Conseil régional Midi-Pyrénées (mission égalité) ; EFiGiES (Association nationale de jeunes chercheur-e-s en études féministes, genre et sexualités) ; FSE (Fonds social européen) ; MAGE (GDRE Marché du travail et genre) ; RING (Réseau interdisciplinaire, interuniversitaire sur le genre) ; Mairie de Toulouse (mission égalité) ; Ministère de l’Education nationale (Direction de l’enseignement supérieur – Mission pour l’égalité hommes-femmes) ; Ministère de la Recherche (Mission pour la Parité en sciences et techniques) ; Observatoire de la Parité (Service du Premier ministre) ; Mix-Cité Toulouse ; Rectorat de l’Académie de Toulouse (Mission pour l’égalité hommes-femmes et filles-garçons) ; Presses Universitaires du Mirail ; Service Droits des femmes et de l’égalité, Ministère délégué de la cohésion sociale et de la parité, Paris ; UNESCO ; Université de Toulouse-Le Mirail (Mission pour l’égalité hommes-femmes et projet crèche).


mise à jour juillet 2012