Mots-clés : sociologie et anthropologie de l’alimentation ; pratiques alimentaires ; dimensions sociales de l’obésité ; image du corps ; politiques publiques de santé ; approche communicationnelle du travail de santé et du système de santé ; socialisation alimentaire, système d’information hospitalier ; travail du patient ; télésanté, médiations et santé.

Responsables de l’Axe SANTAL : Anne Mayère, Jean-Pierre Poulain
anne.mayere@iut-tlse3.fr, poulain@univ-tlse2.fr
 


Présentation de nos recherches

Nos travaux sont axés sur les domaines de la santé et de l’alimentation qui sont à la convergence de forts enjeux de société et de liens scientifiques inter-disciplinaires.

Dans le domaine de l’alimentation, ils s’articulent principalement autour de quatre thématiques :

  • la socialisation alimentaire. Exploration des processus de construction, transmission de normes sociales et culturelles encadrant les pratiques alimentaires et analyse  des interactions sociales structurées par ou accompagnant l’alimentation.
  • les enjeux sociaux par le développement des connaissances et des pratiques (du diagnostic et à la prise en charge) du milieu médical sur l’obésité, le cancer, le vieillissement…) et par la médicalisation de l’alimentation. L’approche se concentrent sur les causalités circulaires entre déterminants sociaux et caractéristiques de santé ainsi que sur les controverses scientifique et sociotechniques.
  • les relations entre santé et alimentation., concurrences et conflits de normes sociales et médicales, interaction sociales et processus de construction des identités sociales, notamment dans les sociétés pluriethniques (Malaisie, Réunion, Polynésie française …)
  • analyser des risques et inquiétudes alimentaires. Conception et évaluation des dispositifs de gestion collective des risques, ainsi des politiques publiques en matière d’alimentation (PNNS, indicateurs et signes de qualité…)

Dans le domaine du système de santé, ils sont organisés autour de trois axes articulés :

  • analyser les reconfigurations des systèmes de santé et plus particulièrement ce qu’elles postulent sur les activités de production d’information et de communication, leur équipement…
  • interroger les évolutions combinées vers l’ambulatoire, la télémédecine, la responsabilisation des patients, l’éducation thérapeutique des patients et la référence à leur autonomie, pour caractériser les transformations du travail de santé notamment au plan des médiations et de la coordination, et les nouveaux enjeux associés en termes de droits des patients et de responsabilité médicale
  • caractériser les recompositions du travail médical et soignant tel qu’équipé d’applications informatisées, et tel que cadré et tracé par des dispositifs gestionnaires qui interrogent sur les écrits, l’écrire, et les dire au travail ; spécifier également ce qu’il en est du travail des patients, de ses transformations et de ses appuis.

Les questionnements dans le domaine de la santé et de l’alimentation partagent des notions théoriques, des interrogations transversales, ainsi que des questions sur les terrains. Le travail au sein de l’axe vise à approfondir ces objets théoriques et empiriques partagés.

 


Nos recherches sont organisées autour des thèmes suivants
  • Les mises en agenda
    Tant l’alimentation que la santé sont aujourd’hui mises en agenda et construites comme des enjeux sociaux. Il est question de mettre en avant l’autonomie, la responsabilisation et les capacités d’action au plus près des pratiques, tout en préconisant des méthodes et des équipements au plus près des façons d’être et de faire. Notre projet vise à explorer les tensions et prises d’initiatives qui peuvent en résulter.
    Nous questionnons en quoi ces mises en agenda travaillent les représentations des normes corporelles en même temps que les corps eux-mêmes, les pratiques, mais aussi les processus organisants, le travail d’articulation entre intervenants, et l’équipement des normes et pratiques.
  • Les processus de technicisation
    Nous travaillons à mettre à l’épreuve l’hypothèse selon laquelle ces formes de technicisation plurielle présentent des schémas processuels et des logiques en partie convergents. Ces questionnements communs et croisés doivent permettre également de préciser les enjeux théoriques et empiriques propres à chacun de ces domaines.
    Il s’agit de :
    – prendre au sérieux l’agentivité des techniques, objets et systèmes techniques qui peuplent et participent à mettre en forme les domaines étudiés ;
    – questionner les évolutions contemporaines importantes qui, au travers de l’équipement des processus organisants, des manières de faire et de se représenter, viennent systématiser des pratiques (patrimonialisation de techniques culinaires), ou cherchent à mettre en compatibilité efficacité et sécurité des soins (systèmes techniques d’informatisation des dossiers patients) ;
    – s’intéresser à la fusion croissante entre sujets, corps et techniques, que l’on observe avec la prolifération des prothèses et les reconfigurations de l’individu connecté.
  • Des innovations méthodologiques pour des recherches interdisciplinaires (et internationales)
    Les recherches menées (mesures du bien-être et leur application, nutrigénétique et épi-génétique, santé…) impliquent des collaborations interdisciplinaires plurielles (anthropologues, économistes, psychologues comportementaux, neuro-psychologues, épidémiologistes, nutritionnistes, informaticiens, chercheurs en sciences de l’ingénieur, en sciences informatiques). Les apports des sciences sociales se situent à la fois dans les démarches d’élaboration de corpus et dans la discussion des résultats.
    Les innovations méthodologiques tiennent également au caractère international de certains programmes. Des avancées et des mises en commun méthodologiques ainsi que des travaux comparatifs sont en cours de développement de façon à étudier les formes du vivre ensemble dans les sociétés multiculturelles.

Membres de l’Axe SANTAL

Laura Arciniegas, Isabelle Bazet, Thao Bui-Nguyen, Danielle Cornot, Maria Clara De Moraes Prata Gaspar, Anne Dupuy, Marie Etien, Leslie Fonquerne, Elisabeth Fournales, Christian Laborde, Cyrille Laporte, Anne Mayère, Stéphanie Mulot, Kremlasen NaidooPaul-Emmanuel Pichon, Mélanie Porte, Jean-Pierre Poulain, Rémy Raffi, Angélique Roux, Christophe Serra-Mallol, Laurence Tibère

Membres associés : Anne-Emmanuelle Fiamor, Marine Fontas, Estelle Fourat, Sandrine Fournier, Julie Leport, Philippe MarrastAnja Martin-Scholtz, Elise Mognard, Ari Ragavan Neetiahnanthan, Mahmoud Qodsya, Amandine Rochedy, Jean-Philippe Sajus, Karolina Swiderek, Frédéric Zancanaro


Consulter les contrats de recherche de l’Axe SANTAL

Consulter les publications de l’Axe SANTAL

mise à jour décembre 2017