Titre : «Les conséquences socio-spatiales de l’action publique patrimoniale. Le cas de la Cité épiscopale d’Albi inscrite sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.»

MARTIN Elsa

Thèse de doctorat en sociologie – soutenue en décembre 2015

Jury

AUTHIER Jean-Yves, Professeur des universités, Université Lyon 2 (rapporteur)
COCHOY Franck, Professeur des universités, Université Toulouse 2
CUSIN François, MCF HDR en sociologie, Université Paris Dauphine
FIJALKOW Ygal, MCF en sociologie, Université Champollion Albi, (co-directeur)
HAMMAN Philippe, Professeur des universités, Université de Strasbourg (rapporteur)
LALANNE Michèle, Professeure des universités, Université Champollion Albi, (directrice de thèse)

Résumé :

Rejoindre la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO nourrit des espérances économiques, sociales et culturelles de la part des gestionnaires locaux, qui sont le plus souvent à l’initiative de la candidature. En effet, la valorisation du patrimoine porte des enjeux territoriaux tels que la mise en tourisme de la ville ou l’amélioration du cadre de vie pour ses habitants. Pourtant la littérature scientifique pointe aussi les effets pervers d’une patrimonialisation urbaine, notamment quand sont décrits les processus de gentrification des centres villes ou leur muséification. À l’interstice de ces aspects, notre questionnement porte sur les conséquences socio-spatiales de l’action patrimoniale sur ses ressortissants, c’est-à-dire ceux qui en sont les principaux destinataires.

Notre parti pris méthodologique a été, à partir du cas de la Cité épiscopale d’Albi (Tarn) inscrite sur la Liste du Patrimoine mondial en 2010, de mobiliser une approche quantitative et qualitative auprès des principaux destinataires (résidents, commerçants, visiteurs). Le résultat de notre thèse est de confirmer que les conséquences socio-spatiales de l’action publique patrimoniale ne sont pas univoques selon les acteurs et les échelles d’analyse considérés. Elle produit des effets ambivalents par rapport aux objectifs annoncés dans le domaine de l’attractivité, dans celui de l’implication des habitants à la vie de la cité et dans le sentiment d’appartenance à la ville. De même, les pouvoirs publics n’arrivent pas à totalement empêcher la patrimonialisation de produire des effets non désirés dans le domaine de l’altération du cadre de vie des habitants.

Mots-clés :
action publique patrimoniale, conséquences socio-spatiales, inscription sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, ville moyenne, pratiques et représentations de la population

Title

The socio-spatial consequences of the patrimonial public action. The case of the Episcopal City of Albi inscribed on the List of the UNESCO World Heritage Sites.

Abstract

Joining the UNESCO World Heritage Sites brings economical, social and cultural hope to the local administrators, who are, the most often, at the initiative of the application. As a matter of fact, the enhancement of the heritage carries territorial stakes such as the touristical development of the city or the quality of life improvement for the inhabitants. However, the scientific literature also points out the negative sides of a urban heritage designation, for instance, when in city centers gentrification or “museumification” processes are described. At the crossroads of these aspects, we question the socio-spatial consequences of the heritage activities on the inhabitants, i.e. those who are the main recipients.

Our methodological bias was to mobilise a quantitative and qualitative approach to the main recipients (inhabitants, shopkeepers, visitors) in the case of the Episcopal City of Albi (Tarn) registered on the UNESCO’s list of world heritage in 2010. The result of our thesis is to confirm that the socio-spatial consequences of the public heritage action are not unequivocal depending on the stakeholders and the scale of analysis considered. It produces ambivalent effects compared to the goals announced regarding the attractiveness, the inhabitants implication in the city life and sense of belonging to the city. Likewise, public authorities are not fully able to avoid the heritage activities producing undesired effects on the living conditions of the inhabitants.

Keywords
patrimonial public action, socio-spatial consequences, inscription on the World Heritage List of UNESCO, medium-sized town, practices and representations of the population.

mise à jour 8 décembre 2015

Imprimer