« Les options fondamentales de la finance moderne. Domestication sociologique d’un produit financier. »

David MARTIN

Thèse de doctorat – année 2005

Directeur de thèse : Franck COCHOY

Cette thèse propose une façon sociologique de domestiquer un objet peu familier: le produit financier. Le cas retenu est celui d’un des produits dérivés controversés qui a été au cœur des débats sur la question sociale du «pouvoir de la finance»: l’option.

Ce travail s’inscrit dans le prolongement d’une dynamique plus globale de reconquête des objets financiers par les sciences sociales, entreprise depuis quelques années et il s’efforce notamment de prendre acte des avancées de ces études sociales de la finance en matière de compréhension des options financières (Arnoldi, Izquierdo, Lee et Li Puma, Lépinay, MacKenzie, Maurer, Millo).

Cette thèse montre alors que le centrage du regard sur le «produit» lui-même invite à développer un ensemble d’opérations de recherche originales qui permettent de décrire l’espace social et technique qui fait la teneur de ce produit.

Un premier travail d’anthropologie historique propose alors de soumettre l’option financière à une anamnèse, partant de Babylone (2ème millénaire avant J.-C.) jusqu’à Amsterdam (17ème siècle), en passant par la Grèce de Thalès et Aristote. L’option s’avère alors relever d’un espace social solidaire d’un ordre indissociablement politique et religieux. Néanmoins, le caractère transhistorique de ce Phénix financier laisse inexpliquée la spectaculaire transformation quantitative et qualitative subie par les produits dérivés contemporains sur les marchés organisés comme sur les marchés de gré à gré.

La thèse s’attache alors à suivre le travail d’in-scription comptable et de pré-scription formelle et cognitive qui sous-tend les transactions à base d’instruments financiers conditionnels et révèle alors comment cette dé-scription du produit dessine plusieurs modalités de la mondialisation financière. L’écriture du produit s’avère à cette occasion fondamentalement prise en charge par la théorie financière moderne.

Ce paradigme financier, d’origine universitaire, fait alors l’objet d’une analyse plus attentive sur les modalités descriptives et prescriptives qu’il a entretenues avec le marché réel au fil de son avènement.

À partir d’une mise en évidence de la double spéculation pratique et théorique sur la «volatilité» (qu’ont vocation à couvrir ces options), la thèse conclut alors sur la consécration mutuelle et auto-référentielle opérée par la théorie et le marché. Cette double consécration exprime un visage fondamental du nouvel ordre social, politique et religieux de l’option financière moderne.

Mots clefs: option, finance, marché, produit dérivé, script, mondialisation

 voir la thèse sur le site HAL des Archives ouvertes, Thèses en ligne TEL

Imprimer