« Commerce, entreprises et éthique : le cas de la responsabilité sociales des entreprises. Pour une sociologie de l’engagement marchand. »

Aurélie LACHEZE

Thèse de doctorat – année 2007
Directeur de thèse : Franck COCHOY

Résumé :
Cette thèse se propose d’explorer la dimension engagée des marchés en observant plus particulièrement l’exemple de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE), qui désigne la mise en œuvre par les entreprises d’initiatives sociales ou environnementales qui vont au-delà de leurs obligations légales.

À partir d’une enquête de type qualitatif menée dans cinq groupes français des secteurs du BTP, de la pétrochimie, de l’énergie, de l’automobile et de la grande distribution ; mais également à l’aide de l’analyse des supports écrits récoltés en leur sein et des rapports de développement durable des entreprises du CAC 40 pour l’année 2004 ; la thèse interroge la RSE sous le prisme de la notion d’engagement.

L’attention est portée en premier lieu sur la première dimension de cette notion, qui implique le commencement d’une action. Ainsi, sont mis en évidence d’une part les processus d’attelage et de tissage par lesquels les entreprises s’insèrent dans la RSE, et d’autre part les outils et l’organisation que ces dernières adoptent afin de formaliser leurs engagements en la matière.

Ensuite, la RSE est examinée en fonction de la seconde dimension de l’engagement compris dans un sens plus « militant ». Ceci permet de mettre en exergue toute l’ambiguïté de ce mouvement incarnée dans plusieurs éléments : les pratiques de RSE ne s’attacheraient pas forcément à aller au-delà de la loi et elles instaureraient un jeu avec et sur le droit ; il existerait pour les entreprises de nombreux effets d’aubaines consécutifs à l’élaboration de la RSE.

Enfin, c’est la conséquence de l’engagement des entreprises en matière de RSE sur son environnement qui est analysée à travers une proposition de sociologie des stakeholders (ou « parties prenantes ») de l’entreprise. Il s’agit de comprendre la réalité sociale de cette théorie managériale, en mettant en lumière la manière dont ces parties prenantes interagissent véritablement avec les entreprises dans l’élaboration de leur RSE.

Mots clefs : responsabilité sociale des entreprises, engagement marchand, sociologie des parties prenantes

Title : Trade, Firms and Ethics : the Case of Corporate Social Responsability. In Favour of a Sociology of Market Commitment.

Abstract
This dissertation intends to explore commitment as a dimension of markets through the case of Corporate Social Responsability (CSR). CSR refers to the social and environmental initatives of firm that go beyond those enforced by the law.

Based on a qualitative investigation in five french firms and on the analysis of CSR reports of the 40 main listed French companies, we will question CSR through the lens of the notion of commitment.

First, we will analyse the first step of CSR practises. We will hence look at the processes of hitching up and weaving which are put to work when firms launch their CSR politicies. We will also insist on the tools and organization that companies adopt in order to accomplish CSR objectives. _ Then, in a second part, we focus on the militant character of CSR. We show the manysided ambiguity of CSR: underlining that CSR is playing with law and doesn’t always go beyond, that there are many “Godsend effects” when companies undertake to CSR.

Finally, we question the consequences of CSR on firms’ environment. We propose more particularly a sociolgy of stakeholders in order to understand the social reality of this managerial theory.

Key words: Corporate social responsablity, market commitment, sociology of stakeholders

thèse soutenue le vendredi 14 décembre 2007, Université Toulouse II – Le Mirail

Composition du jury :
Franck Cochoy, Professeur des universités, Université Toulouse II – Le Mirail
Isabelle Daugareilh, Chargée de recherche CNRS, laboratoireComptrasec – Université Montesquieu Bordeaux 4
Vincent Simoulin, Maître de conférence, Université Toulouse 1 Sciences sociales
Jacques Igalens, Professeur des universités, Université Toulouse 1 Sciences sociales
Gilbert de Terssac, Directeur de recherche CNRS, laboratoire CERTOP – Université Toulouse II – Le Mirail

Imprimer