«Dynamique de construction et enjeux de
développement du système d’enseignement supérieur et de recherche au Sénégal. »
Jean-Alain GOUDIABY

Thèse de doctorat de sociologie soutenue le samedi 2 juillet 2011, sous la co-direction de Daniel FILATRE et Gora MBODJ

Résumé de thèse :

En partant du postulat d’un processus de création des universités et centres de recherche mais également de la compréhension de l’action publique, cette thèse répond à la question de savoir, comment se structure et se construit aujourd’hui le système d’enseignement supérieur et de recherche au Sénégal. Ce processus prend en compte
l’intégration du système dans le contexte global de transformation du savoir, des universités et de la recherche.

Se basant sur une méthode compréhensive à travers des entretiens ciblés, de l’observation directe et de l’analyse de documents de référence la thèse montre que cette dynamique de construction repose sur trois dimensions essentielles : l’héritage institutionnel ou colonial, l’héritage culturel et la logique marchande. Cette dernière
logique autorise le déplacement des frontières tout en introduisant une porosité des espaces de normalisation, de certification et de régulation.

Ainsi, à travers les transformations du système soumis à des niveauxde contraintes différents et variés, cette dynamique de construction repose sur une logique duale, celle de la « dissociation raisonnée », qui permet l’articulation des trois pôles référentiels (la marchandisation, l’héritage colonial et culturel) et donne une
particularité au système sénégalais d’enseignement supérieur et de recherche.

Mots-clés :
enseignement supérieur et recherche, action publique, développement territorial, Sénégal.

mise à jour juillet 2011

Imprimer