« Les remaniements temporels: le cas du Compte Epargne Temps. »

Thèse de doctorat – année 2002

Directeur de thèse : Gilbert de TERSSAC

Les temps sociaux rythment nos activités quotidiennes et constituent un cadre de remaniements et constituent un cadre de contraintes sifortes qu’il est bien difficile de s’en défaire. Le temps de travail y occupe une place prépondérante au point de constituer un temps dominant qui englobe et définit toutes les autres temporalités.

Qu’en est-il lorsque des opportunités de disposer de temps non contraints apparaissent ? Les acteurs sont-ils en capacité de construire d’autres normes temporelles ?
L’analyse de la fabrication de lois relative au temps de travail et des usages du temps montre que la fabrication des normes temporelles fait l’objet de régulations sociales et que ces normes sont le produit conjoint des formes d’usage du temps et de décisions publiques.

La recherche montre que la construction des normes temporelles combine des régulations politiques et des régulations locales. Les premières fixent les lois concernantl’épargne temps (loi du 24 juillet 1994, loi Aubry) en vue de constituer des réserves temporelles pour des projets innovants, alternatifs et personnels. Les secondes fixent les accords collectifs en vue de définir l’espace des usages autorisés. Si les premières ouvrent des espaces pour des actions inédites et originales, les secondes réduisent ces espaces en définissant des durées de congés plus courtes que celles que les lois autorisent afin de canaliser les consommations de temps dans l’univers
domestique. On voit que les usages alimentent les normes temporelles et mettent en évidence un engagement différentiel entre les hommes et les femmes dans l’espace
et dans les activités.

Dans le contexte de réduction du temps de travail à « 35 heures », les réserves temporelles vont faire apparaître de nouveaux espaces d’action autour d’un triple remaniement : une remise du travail à sa place ; une redistribution des tâches domestiques au sein du couple ; l’invention d’une troisième sphère d’activités ni professionnelle, ni domestique, une sphère pour de vrais projets personnels.

Dans tous les cas, ces arrangements temporels sont sexués. Mais ce caractère sexué évolue au travers des remaniements temporels qui sont autant d’occasions pour renégocier les rapports des hommes et des femmes entre eux.

Mots-clés :
sociologie du travail, rapports sociaux de sexe, réduction du temps de travail,
épargne temps, contrôle social, rôle selon le sexe, gestion du temps, vie quotidienne, mutations sociales

Imprimer