« Itinéraires professionnels et identité des ingénieurs issus du système d’enseignement supérieur agricole. Le cas des ingénieurs agronomes de l’ENSAT et des ingénieurs en agriculture de l’ESAP»

Michel ESCARBOUTEL

Thèse de doctorat – année 2000

Directeur de thèse : Robert BAGES

L’objet central de la recherche consiste à analyser le rôle que joue le système d’enseignement supérieur agricole français dans le parcours professionnel des ingénieurs qui en sont issus. Il s’agit de mesurer d’abord la spécificité qui caractérise les ingénieurs agricoles dans l’extraction sociale, puis la particularité dans le parcours de formation mais plus encore dans l’insertion sociale. A partir d’une enquête par questionnaire auprès d’un échantillon de 304 ingénieurs, nous nous sommes interrogés sur l’existence d’un groupe professionnel véritablement constitué et clairement identifié.
La recherche, qui s’appuie sur l’analyse comparative des ingénieurs issus de deux établissements toulousains, rend compte du cheminement professionnel des ingénieurs agronomes de l’ENSAT et des ingénieurs en agriculture de l’ESAP. Elle fait apparaître que la sphère agricole, au sens large, offre un ensemble de débouchés aux ingénieurs agricoles, en petit nombre pour une part comme agriculteurs et dans l’appareil des organisations professionnelles, mais surtout comme cadres dans les secteurs d’activité de l’industrie, des services, des Administrations, des instituts techniques, comme enseignants de l’enseignement technique agricole, voir dans diverses associations. Elle fait apparaître que la notion de domaine agricole, qui renvoie généralement en France au « monde paysan », correspond à une acceptation beaucoup plus large aujourd’hui, puisque la force du concept de l’ingénieur agricole, qui valait surtout pour les individus de sexe masculin, est nettement moindre à présent avec la féminisation caractéristique de la formation et de la profession.

Enfin, il apparaît qu’une certaine perte d’identité professionnelle s’observe, dès lors qu’une part croissante des ingénieurs, moins souvent issue du monde agricole qu’auparavant et incluant de plus en plus de femmes, trouve davantage à s’employer hors du champ traditionnel de l’activité agricole.

Mots-clés : ingénieur agricole, système d’enseignement supérieur agricole, féminisation des études, groupe professionnel, identité professionnelle agricole

Imprimer