« S’entendre pour se faire entendre. La contestation anti-OGM en Région Midi-Pyrénées, entre espace public autonome, sphère politique et sphère professionnelle » Domard Julien

Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication -soutenue le 26 septembre 2014. Directrice de thèse Marie-Gabrielle Suraud

Jury :

Sandrine Barrey, maître de conférences, Université Toulouse 2
Bertrand Cabedoche, professeur des universités, Université Grenoble 3 (rapporteur)
Nicole D’Almeida, professeur des universités, Université Sorbonne-Paris
Jean-Michel Fourniau, directeur de recherche, IFSTTAR (rapporteur)
Marie-Gabrielle Suraud, professeur des universités, Université Toulouse 3 (directrice de thèse)

Résumé :

Ce travail propose une analyse de la contestation anti-OGM locale selon trois dimensions. Dans la première, nous étudions le processus ayant conduit le mouvement civique à inciter les élus à s’engager contre le développement des OGM dans le Gers. Nous mettons en évidence les voies
originales de résistance mises en œuvre par ces élus, passant par des arrêtés et un projet de référendum et s’appuyant sur les spécificités du territoire. Ces alliances élus-mouvement civique reconfigurent les formes de la contestation. Dans la seconde, nous analysons la façon dont la
contestation se déplace d’une position défensive vers une position offensive en portant un projet alternatif d’agriculture associant mouvement civique et sphère professionnelle. Cette alliance est menacée par la dissémination des OGM qui fragilise la coexistence des cultures. Les agriculteurs
sans OGM sont pris en tension entre des perspectives d’actions opposées : celle de la négociation fermée ou celle de la discussion publique. Dans un dernier point, nous nous interrogeons sur la perspective de l’entente civique au sein du mouvement anti-OGM en caractérisant les tendances qui
le composent et en analysant les pratiques « participatives ».

Mots-clefs : contestation, OGM, espace public, entente civique, débat public, agriculture, risque

Abstract:

A consensus for being heard. The anti-GMO protest in region Midi-Pyrénées among independent civc sphere, political sphere and professional sphere
This thesis provides an analysis of the local anti-GMO protest within three dimensions. First, we study the process leading civic movement to encourage elected officials to engage against the developtnent of GMOs in the Gers. We highlight the original resistance pathways undertaken by the
elected through bylaws and a draft referendum based on the specificities of the territory. These
alliances between elected and the civic movement reconfigure the protest. In the second, we analyze
how the dispute moves from a defensive position to an offensive position wearing an alternative
agriculture project combining civic and professional sphere. This alliance is facing the release of
GMOs that threatens the coexistence of cultures. GMO farmers are taken into tension between
opposing plans of actions : those of the closed negotiation or of the public discussion. In a last
point, we question the perspective of civic understanding within the anti-GMO movement by
characterizing trends that compose and analyzing its discursive practices.

Key-words : protest, GMOs, public space, civic understanding, public debate, agriculture, risk

mise à jour octobre 2014

Imprimer