Conférences à la Librairie Ombres Blanches,

en collaboration avec le pôle SAGESSE du CERTOP

Contact : Jacqueline Martin, pôle SAGESSE du CERTOP

Lieu : Librairie Ombres Blanches 9 rue des Gestes 31 TOULOUSE (tel 05-34-45-53-33)


Mardi 14 octobre 2008 18h :

  • Sylviane Agacinsky « Le drame des sexes : Ibsen, Strindberg, Bergman » éd Le Seuil
  • Animation : Virginie Houadec et Josette Costes

Pourquoi le rapport entre les sexes est-il aussi dramatique ? Pourquoi, entre eux, le drame, toujours ? La question me poursuit depuis mon enfance. Suivant une vision théâtrale de l’homme et de la femme, il y a l’amour, il y a les conflits, les scènes et l’issue fatale : le retournement du bonheur en malheur…


Lundi 27 octobre 2008 18 h :

  • Jean-Yves Le Talec « Folles de France, repenser l’homosexualité masculine » éd La découverte
  • Animation : Sylvie Chaperon

De Zaza Napoli à Priscilla, dans les bars du Marais ou à la Gay Pride, les folles font partie de notre paysage culturel. Exubérante, provocante, flamboyante, cette figure hypervisible se tient pourtant dans l’ombre de l’homosexualité masculine et brille par son absence dans le discours des sciences sociales françaises. Seul affleure l’archétype folklorique de l’homme efféminé marqué du double stigmate de l’inversion et de l’extravagance.

En savoir plus sur cet ouvrage


Lundi 17 novembre 2008 18h :

  • Fabienne Brugère « Le sexe de la sollicitude », éd Le Seuil
  • Animation : Monique Membrado

Lundi 16 mars 2008 18h :

  • Catherine MONNOT « PETITES FILLES D’AUJOURD’HUI
    L’apprentissage de la féminité. », éd Autrement
  • Présentation par Agnès FINE, Historienne, Anthropologue, Directrice d’Etudes à l’EHESS

« Comment apprend-on à devenir fille et quelle fille doit-on exactement être ?
Les filles d’aujourd’hui sont tiraillées entre les stéréotypes d’hier et les grandes évolutions socio-économiques du XXe siècle, entre les rôles sociaux traditionnels dont elles sont imprégnées et le champ des possibles qui est désormais pour elles un droit. Alors, qu’est-ce qui ‘’fait grandir’’ les filles, à une époque et dans un type de société où les rites de passage semblent avoir disparu ? »

Catherine Monnot est professeur d’Histoire-géographie, en thèse sur «Les pratiques musicales des filles»
à l’EHESS de Toulouse.


Imprimer