Télécharger le Programme 2016-2017



Lieu : Université Toulouse – Jean Jaurès, Maison de la recherche

Comment venir ? : Plans d’accès Toulouse, quartier du Mirail, Campus



Mardi 29 Novembre 2016, 14h-17h
Autour de l’ouvrage « La société de l’efficacité globale », 2015, PUF

Invité : Pierre Muller, science politique, DR honoraire CNRS, CEE Sciences Po Paris

Discutante : Hélène Caune, science politique, MCF, UT2J, CERTOP

Présentation de l’ouvrage (Éditeur)

Peut-on (encore) penser et gouverner notre monde ? L’incapacité croissante du politique – singulièrement en France – à répondre efficacement aux problèmes de nos sociétés modernes est révélatrice d’une profonde crise d’intelligibilité. Cette crise touche les agents économiques qui ne comprennent pas pourquoi des modèles de comportements économiques qui fonctionnaient jusqu’ici se révèlent inopérants. Elle renforce la perception que la sphère internationale est dangereuse (et celle-ci l’est effectivement souvent). Elle remet en cause le « livre des recettes » des politiques publiques en provoquant un sentiment d’impuissance particulièrement dangereux du point de vue de l’exercice démocratique.

En interrogeant notre capacité à agir sur le réel alors même que les changements du monde semblent s’imposer à nous, Pierre Muller analyse la manière dont se transforment les conditions du gouvernement. Il construit ainsi une théorie des cycles d’action publique dans nos démocraties et met en lumière l’émergence d’un nouveau cycle : celui de l’efficacité globale.

Lieu : Université Toulouse – Jean Jaurès, Maison de la recherche, salle C438

Photo : ©Droits réservés


Mardi 7 février 2017, 9h30-12h15
Les mondes de la santé et de l’alimentation

Invité : Marc-Olivier Déplaude, sociologie, science politique, DR INRA, RiTME

Animation : Anne Dupuy, sociologie, MCF, Université Toulouse – Jean Jaurès, CERTOP

Présentation

Recherche réalisée en collaboration avec Tania Navarro-Rodriguez, CERMES 3, Université Paris-Descartes)

À partir du milieu des années 1970, diverses associations de mères se sont constituées en France pour soutenir les femmes souhaitant allaiter leur enfant.

Ces associations promeuvent des normes touchant les soins aux nourrissons et aux jeunes enfants (alimentation, portage, activités d’éveil, etc.) qui exigent un investissement considérable de la part des parents, et plus particulièrement des mères. Défendues au nom du bien-être de l’enfant et d’une conception naturaliste de la maternité, ces normes apparaissent peu compatibles avec les carrières professionnelles des femmes, et favorisent une division du travail domestique très défavorable aux femmes.

S’appuyant sur une étude du travail accompli par certaines de ces associations et des débats dont l’allaitement maternel fait aujourd’hui l’objet en France, notre recherche montre que les associations pro-allaitement entretiennent vis-à-vis de l’ordre du genre un rapport caractérisé par son ambivalence. Tout en reprenant à leur compte des dimensions fondamentales de cet ordre (comme l’assignation aux femmes des soins aux enfants), elles défendent également l’autonomie des femmes, leur expérience et leur savoir-faire, notamment dans leur rapport à un corps médical jugé insuffisamment compréhensif ou trop paternaliste. Elles constituent ainsi des lieux où sont remises en cause, de manière limitée mais effective, certaines dimensions des rapports de genre.

L’invité

Les recherches de Marc-Olivier Déplaude portent principalement sur les mondes de la santé, c’est-à-dire sur les différents mondes sociaux (groupes professionnels, administrations publiques, industries, associations, etc.) contribuant à façonner les rapports ordinaires au corps et à la santé.

Ses premiers travaux ont porté sur la codification juridique des maladies professionnelles et sur l’histoire des numerus clausus de médecine. Ses recherches portent aujourd’hui sur des entrepreneurs de normes promouvant des pratiques corporelles ou des produits supposés « sains » ou « naturels ».

Déplaude M.-O. (2015), « La Hantise du nombre. Une histoire des numerus clausus de médecine », Ed. Les Belles Lettres, coll. Médecine & sciences humaines, 416 p.

Lieu : Université Toulouse – Jean Jaurès, Maison de la recherche, salle D30

Photo : ©La vie des idées


Vendredi 17 mars 2017, 14h-17h30
Autour du film-documentaire « Benvenuti », 2016.

Intervenantes :

Annalisa Lendaro, sociologie, CR CNRS, CERTOP

Laura Auriole, anthropologue, réalisatrice

 

 

 

 

Discussion introduite par :

Lampedusa, un caillou de 20 km2, une des frontières de l’Europe. Une île italienne connue pour être la destination de milliers de migrants qui fuient les guerres et la misère, et qui chaque année risquent leur vie en traversant la Méditerranée. Frontière pour les uns, paradis balnéaire pour d’autres : ses eaux turquoises, ses paysages paradisiaques, sa nonchalance en font une destination touristique prisée. Entre ses mondes a priori étanches, qui ne font que s’effleurer, la vie sur l’île se doit de continuer. Dans ce film, les habitants et ses visiteurs se confient et se mettent en scène, se dévoilent et se masquent. À demi-mot, en franc-parler, selon, ils conduisent le spectateur à découvrir Lampedusa de l’intérieur, dans ses multiples contrastes et ses ambivalences. Naufrages et camps de rétention, dolce vita et pêche traditionnelle…

Voyage au cœur d’une île militarisée et splendide, théâtre et spectatrice d’une des tragédies de notre siècle.

Lieu : Université Toulouse – Jean Jaurès, Maison de la recherche, salle E411 (nouveau bâtiment)

Photo : ©Droits réservés


Vendredi 19 Mai 2017, 14h-17h
Autour de l’ouvrage « À quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure des Big Data », 2015, Paris, La République des idées, Ed. Seuil

Invité : Dominique Cardon, sociologue, Professeur associé au Médialab de l’Institut d’Études Politiques de Paris

Présentation de l’ouvrage (Editeur)

Google, Facebook, Amazon, mais aussi les banques et les assureurs : la constitution d’énormes bases de données (les « big data») confère une place de plus en plus centrale aux algorithmes. L’ambition de ce livre est de montrer comment ces nouvelles techniques de calcul bouleversent notre société. À travers le classement de l’information, la personnalisation publicitaire, la recommandation de produits, le ciblage des comportements ou l’orientation des déplacements, les méga-calculateurs sont en train de s’immiscer, de plus en plus intimement, dans la vie des individus. Or, loin d’être de simples outils techniques, les algorithmes véhiculent un projet politique. Comprendre leur logique, les valeurs et le type de société qu’ils promeuvent, c’est donner aux internautes les moyens de reprendre du pouvoir dans la société des calculs.

Lieu : Université Toulouse – Jean Jaurès, Maison de la recherche, salle D31

Photo : ©La vie des idées


Mercredi 7 juin 2017, 14h-17h
Gouvernance et gestion du vivant dans les champs de l’agriculture et de l’environnement.

Invité : Antoine Doré, sociologue, CR INRA, AGIR

Dans ses travaux, il s’attache notamment à analyser et à accompagner la construction des métriques et des standards par lesquels les acteurs coordonnent leurs connaissances et leurs actions.

Ses travaux en cours portent principalement sur la sélection génomique et la gestion des ressources génétiques animales. L’objectif général de ses recherches consiste à interroger conjointement deux « révolutions » : la « révolution génomique » (liée notamment au développement du séquençage haut-débit) et la « révolution informationnelle » (liée notamment au développement des technologies numériques de l’information et de la communication).

Lieu : Université Toulouse – Jean Jaurès, Maison de la recherche, salle D31

Photo : ©Aislf



Contact scientifique : Roland Canu, roland.canu@univ-tlse2.fr CERTOP


mise à jour 6 février 2017

Imprimer