Titre provisoire : « De l’individu à la communauté ; les médiations nutritionnelles, économiques et sociales de l’alimentation de rue dans le contexte de la pauvreté urbaine à Jakarta »  ARCINIEGAS Laura

«From individuals to the community; nutritional, economic and social mediations of street food in the context of urban poverty in Jakarta».

Thèse de doctorat en sociologie – en cours

Directeur de thèse : Jean-Pierre Poulain (CERTOP) – Co-directeur : Nicolas Bricas (Cirad)

Résumé/Abstract

Dans les districts pauvres de Jakarta le modèle alimentaire est caractérisé par des prises fréquentes et plutôt solitaires, par le recours majoritaire à l’alimentation de rue et par un affaiblissement des pratiques culinaires dans le foyer. Le système alimentaire y est intégré au réseau économique informel et s’inscrit dans le contexte particulier des kampung indonésiens caractérisés par l’hybridité entre les modes de vie urbain et rural, par de fortes densités à l’échelle du foyer et du voisinage, et par l’intégration spatiale des différents domaines de la vie (résidence, travail, religion, éducation, vie publique et sociale). Aux niveaux de l’individu, du ménage et du collectif, l’alimentation de rue sert de plateforme d’organisation, de gestion et de différenciation sociale. Ces médiations sont observables premièrement dans la distribution temporelle de l’alimentation et plus particulièrement dans les processus de synchronisation et de désynchronisation de pratiques alimentaires plus ou moins autonomes. Deuxièmement, dans la gestion domestique de l’alimentation, le réseau informel permet des transferts matériels et symboliques entre le foyer et la communauté en vue de sécuriser l’alimentation et d’accéder aux ressources spatiales, économiques et sociales de l’extérieur. Finalement, le sens d’appartenance et de cohésion sociale véhiculés par l’alimentation de rue dans ce contexte sont mis à l’épreuve par les mouvements de modernisation dans des processus de différenciation sociale qui se manifestent par des préférences et des pratiques alimentaires occidentalisées, nucléarisées et qui ont lieu au-delà des frontières communautaires.
Cette thèse a pour objectif de s’affranchir des dichotomies « repas/hors-repas », « fait maison/hors-foyer » ; « manger seul/ensemble » pour rendre compte des nuances et des particularités propres à ce contexte afin de contribuer plus largement aux études sociologiques de l’alimentation et de la nutrition dans les pays en développement.

In Jakarta’s poor districts eating patterns are characterized by frequent and rather solitary meals bought and eaten in the street as a result of a weakening of at-home culinary practices. The food system is integrated to the informal economic network and is embedded in the particular context of Indonesian kampungs marked by a hybrid lifestyle between urban and rural; highly densed neighborhoods and homes; and by the spatial integration of different realms of life (home, work, religion, education, public and social life).
At the individual, household and collective levels, street food works as a platform for organization, economic management and social differentiation. These mediations are observable primarily in the temporal distribution of food and more particularly in the processes of synchronization and desynchronization of more or less autonomous eating practices. Secondly, regarding household management, the informal network enables material and symbolic transfers between the home and the community, in order for families to secure food supply and to access to spacial, economic and social resources outside. Finally, the sense of belonging and social cohesion conveyed by street food in this context is challenged by modernization and social differentiation processes, manifested by changing preferences towards westernized and nuclearized eating practices that take place beyond the community borders.
This thesis aims to overcome the “meal/out-of-meal”, “homemade/out-of-home”; “eating alone/together” dichotomies by giving an account of the nuances and particularities of this context in order to contribute and enrich sociological studies of food and nutrition in developing countries.

Financement : Danone Research – Agropolis Fondation

Mots-clés

Alimentation, économie informelle, pauvreté urbaine, gestion domestique, alimentation de rue, liens sociaux, synchronisation sociale, individualisation.

Food, Informal economy, Urban poverty, Domestic management, Street food, Social links, Social synchronization, Individualisation.
mise à jour novembre 20016/update november 2016

Imprimer